10.000 logements qualifiés d’ « indignes » dans la Loire

Le quartier stéphanois de Tarantaize (image d'illustration / ACTIV RADIO)

Des difficultés pour payer son loyer. De plus en plus de personnes y sont confrontés dans la Loire. C’est le constat fait par la fondation Abbé Pierre et l’observatoire de l’hébergement et du logement (Rahl 42). Les deux associations ont fait le bilan du mal logement mardi à la Maison de l’emploi à Saint-Étienne.

On estime dans le département qu’environ 10.000 logements sont indignes, insalubres. Et plus de la moitié, contrairement à ce que l’on pourrait penser, se situent en zone rurale. C’est sur ce point qu’il faut agir, comme l’explique le vice-président de Rahl 42, Jean-François Déral

Des situations compliquées pour les propriétaires aux petites retraites

Les occupants de ces habitations « indignes » ne sont pas que des locataires, comme le précise Jean-François Déral

Quelques chiffres pour illustrer les difficultés des ménages ligériens et cette précarité décrite par le réseau Rhal 42. En 2015, 4.000 dossiers de demandes d’aide au paiement des factures d’énergie (gaz et électricité) ont été déposés dans la Loire. 22.000 personnes perçoivent le RSA et 108.000 personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté dans notre département. Cela représente 14% de la population.

Le quartier stéphanois de Tarantaize (image d'illustration / ACTIV RADIO)

Rédacteur en chef
Infos matinée