A45 : une association de riverains veut faire pression sur le gouvernement

Photo Dr

L’autoroute A45 sera t-elle construite un jour ? Alors que le projet n’avait jamais été aussi concret grâce aux votes des financements des collectivités locales en 2017, il semblerait que l’Etat, frileux, fasse machine arrière. Plusieurs alternatives sont évoquées dans la presse depuis plusieurs mois. Des « rumeurs » qui agacent l’association Ardiso88. Son président hausse le ton.

« On parle beaucoup de Brignais et Givors mais Saint-Etienne ? »

Noël Berlier a vécu 27 ans à Givors : « A moins de couper la ville en deux, la réalisation d’un pont n’est pas possible ». Selon le président d’Ardiso88 qui milite depuis 1999 pour la construction de l’A45, la seule solution reste cette deuxième autoroute entre Saint-Etienne et Lyon pour les riverains de la RN88. « Qui parle des difficultés de circuler dans la vallée du Gier et l’A72 ? Personne ! Le contournement de Saint-Etienne par l’A45 nous soulagerait ». Selon Noël Berlier, l’Etat veut mettre de côté l’A45 et cherche des solutions en vain puisque toutes les étapes nécessaires à sa construction ont été validées : « Le gouvernement veut à la fois capituler devant les opposants et faire plaisir aux défenseurs. Peut-on rester en l’état actuel ? Non ! ».

Une réunion des parlementaires

Voilà pourquoi l’association demande l’organisation d’une réunion qui rassemblerait les parlementaires, les collectivités, les maires concernés : « Ils doivent s’exprimer d’une seule voix ». Ardiso88 se bat avant tout pour la santé des riverains de la RN 88 qui supportent quotidiennement les pollutions du trafic de 90 000 véhicules jour dont 4 000 poids lourds : « ce projet est avant tout un enjeu de santé publique » insiste Noël Berlier.

 

Photo Dr

Journaliste
Chroniqueuse