A Saint-Étienne, les élus de l’opposition municipale se retrouvent privés d’Internet !

Saintemag-new.jpg

En inaugurant une nouvelle mouture de son portail Internet, le 9 juin dernier, la majorité municipale conduite par le maire de Saint-Étienne, Maurice Vincent, a-t-elle décidé de procéder à un ménage de printemps ? C’est l’avis, aujourd’hui, des élus de l’opposition qui dénoncent ironiquement la disparition de leur tribune libre sur l’un des sites Internet de la municipalité stéphanoise: « M. Vincent « love » sans doute Saint-Étienne mais ne « love » pas du tout son opposition. »
Une attitude non conforme avec la loi
En cause: la disparition d’une espace rédactionnel qui était jusqu’alors accordé au groupe municipal d’opposition sur le www.saintemag.fr (NDLR: site qui héberge le contenu du magazine municipal et le blog de Maurice Vincent) en même temps que la refonte du www.saint-etienne.fr … « Il a profité du relooking du portail web de la ville pour toiletter le www.saintemag.fr et supprimer, purement et simplement, tout espace d’expression des élus de l’opposition sur ce site ! Si bien qu’aujourd’hui, nous n’avons plus aucun espace pour nous exprimer », s’insurgent les élus de l’opposition stéphanoise, pointant du doigt une attitude qui n’est pas en conformité avec l’article L2121-27-1 du code général des collectivités territoriales.
Le maire assigné devant le tribunal administratif ?
« Nous lui avons rappelé, à de multiples reprises, qu’il est dans l’obligation de laisser un espace d’expression à l’opposition, conformément à cet article qui rappelons-le précise que dans les communes de 3 500 habitants et plus, lorsque la commune diffuse, sous quelque forme que ce soit, un bulletin d’information générale sur les réalisations et la gestion du conseil municipal, un espace est réservé à l’expression des conseillers n’appartenant pas à la majorité municipale. » Fort de ce droit, les élus de l’opposition municipale n’exclut pas « d’assigner M. Vincent devant le tribunal administratif pour qu’il applique la loi et respecte, enfin, les droits de l’opposition ? »

Cyril Michaud