A45 : et si le projet passait à la trappe ?

Photo DR

La ministre des Transports, Elisabeth Borne, et le Premier ministre, Edouard Philippe, ont donné ce mardi le coup d’envoi des Assises de la mobilité. Ils doivent durer trois mois et aboutir , en début d’année prochaine à une loi d’orientation des mobilités. Début juillet, le gouvernement a annoncé une pause pour une vingtaine de projets d’infrastructures, pour lesquels il faut trouver plus 10 milliards d’Euros afin de les réaliser. Deux concernent notre région. La Liaison TGV Lyon – Turin et l’A45, l’autoroute entre Saint-Etienne et Lyon.

Verdict en 2018 pour l’A45

Si les feux semblaient au vert avant l’été avec un financement approuvé par Saint-Etienne métropole, le département de la Loire et la Région Auvergne-Rhône-Alpes, autant dire qu’ils sont repassés à l’orange en cette rentrée. « Nous devons faire des choix », répond la ministre des transports dans le JDD quand on lui demande si le gouvernement entend renoncer à tous les grands projets. Les assises de la mobilité vont permettre de tout remettre en plat, et les défenseurs de l’A45 pourraient bien tomber de haut.

« Les engagements pris par les précédents gouvernements
conduisent à une impasse budgétaire »

Pour preuve, cette réponse écrite du cabinet du ministère des Transports au député PS de la Loire Régis Juanico dans lequel il est précisé que « les engagements pris par les précédents gouvernements conduisent à une impasse budgétaire ». Pour l’A45, on le rappelle, l’Etat doit prendre en charge plus de 400 millions d’Euros. La priorité du gouvernement est donc « d’identifier les besoins et les attentes prioritaires des citoyens en matière de mobilité », et pourquoi pas de faire émerger des solutions alternatives, explique le ministère des transports dans cette lettre. Début 2018, on aura donc une vision précise des investissements qui seront réalisés pour les 5 prochaines années. Autrement dit, on saura si l’A45 se fera, ou pas.

Les pro-A45 s’inquiètent

En attendant, les pro-A45 continuent leur combat. Les acteurs économiques du territoire se sont réunis en collectif pour défendre le projet autoroutier. Le président de la CCI Lyon Métropole / Saint-Etienne / Roanne, Emmanuel Imberton parle même d’une « nécessité absolue ». Présent au lancement des Assises de la mobilité, le président de Saint-Etienne métropole Gaël Perdriau s’est fendu d’un tweet pour rappeler au Premier ministre l’importance pour l’agglomération stéphanoise de réaliser l’A45 entre Saint-Etienne et Lyon.

Photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée