Affaire Fiona : ouverture du procès en appel ce lundi à 14h

Photo d'illustration - Justice / DR

C’est une affaire aussi sordide que médiatique qui s’ouvre ce lundi après-midi devant les Assises de Haute-Loire, au Puy-en-Velay. Le procès en appel de Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf, dans l’affaire Fiona. Le corps de la petite fille, disparue en mai 2013 n’a toujours pas été retrouvé. On vous présente les enjeux de ce procès :

Cecile Bourgeon partiellement acquittée en première instance

11 mois après le 1er jugement, Cécile Bourgeon et Berkane Makhlouf comparaissent de nouveau. Le beau-père de Fiona a écopé de 20 ans de réclusion pour « violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner » mais a été reconnu coupable des coups mortels. De son côté Cécile Bourgeon a été partiellement acquittée car elle n’a été reconnue coupable que des délits associés au crime, à savoir « non-assistance à personnes en danger, recel ou dissimulation de cadavre, modification de lieux d’un crime et dénonciations mensongères. » Elle a donc été condamnée à 5 ans de prison.

La stratégie de son avocate pour ce nouveau procès sera donc de demander la libération de Cécile Bourgeon, détenue depuis septembre 2013 et potentiellement libérable. Elle pourrait donc demander le report du procès afin de comparaître libre.

Un scénario que redoute les 9 parties civiles qui se sont constituées, dont le père et les grands-parents de Fiona. Des parties civiles qui plaident la mort par violence et ont déjà prévenu : si un nouvel acquittement était prononcé, ils se pourvoiront en cassation.

 

Les deux prévenus encourent jusqu’à 30 ans de prison. Le verdict sera rendu le 20 octobre au Puy-en-Velay.

Photo d'illustration - Justice / DR

Journaliste