Andrézieux-Bouthéon : Saira Seats a perdu le marché des sièges du futur RER

Photo Alstom / DR

Le contrat des sièges du RER de nouvelle génération, qui circulera dans le Grand Paris, était très attendu par l’entreprise d’Andrézieux-Bouthéon Saira Seats qui a vu son carnet de commandes d’effondrer ces deux dernières années, à la suite de la faillite de son actionnaire italien Tosoni.

Un contrat de 50 millions qui s’envole

Malheureusement pour les 112 salariés Ligériens, c’est l’industriel normand Compin, son concurrent historique, qui vient d’être retenu par le consortium Alstom-Bombardier pour ce contrat de fabrication de plus de 135.000 sièges, dont le montant total approchera la cinquantaine de millions d’Euros.

L’attribution de cette commande destinée à équiper le RER-NG, prévue initialement au printemps, avait pourtant été retardée de quelques mois, le temps que Saira Seats puisse sortir des difficultés dans lesquelles l’avait entraîné son actionnaire.

Le chinois KTK va prendre la main

Ce rétablissement est sur le point d’être atteint avec la prise de contrôle de 100% du capital de la société par l’équipementier ferroviaire chinois KTK. Lequel s’est engagé à investir six millions d’Euros dans une extension de 3.000 mètres carrés de l’usine d’Andrézieux-Bouthéon, l’acquisition de nouvelles machines et l’installation d’un laboratoire d’essai. KTK rachètera officiellement les titres de la société ce vendredi 1er décembre, pour sept millions d’Euros.

Photo Alstom / DR

Rédacteur en chef
Infos matinée