Andrézieux : les salariés de SNF disent stop au blocage

SNF NON GREVISTE ok

Le site de l’usine chimique SNF est bloqué depuis le 18 juin. Le personnel non-gréviste s’est rassemblé ce lundi matin pour dire stop au blocage : « nous voulons travailler » !

Les trois entrées bloquées

Les salariés haussent le ton et le confirment : « il n’y a pas de barrage filtrant comme on a pu le lire dans la presse, le site est vraiment bloqué » explique Eric qui travaille en production à l’atelier liquide. Il était avec ses collègues, entre 200 et 300, rassemblé ce lundi matin pour expliquer la situation. L’activité étant à l’arrêt depuis une semaine, les conséquences sont importantes  : « les matières premières n’étant plus approvisionnées, cela devient très compliqué. Le piquet de grève empêche tout camion de rentrer. » A terme, les salariés craignent le chômage technique et des difficultés pour l’entreprise : « nos clients non livraient vont aller chez les concurrents ».

Ils demandent l’intervention des élus

L’usine qui fabrique des produits pour les stations d’épuration mais aussi pour les cosmétiques ou le pétrole pourrait s’arrêter dès mercredi : « personne ne veut débloquer l’entrée, il faut agir vite« . Les salariés en appellent aux élus du département. « Les grévistes revendiquent, d’accord, mais bloquer 1 000 personnes, ce n’est pas possible, on ne comprend pas que ça puisse aller aussi loin ! ». Cette grève est inédite pour SNF et pourrait avoir des conséquences également pour les petites entreprises de la Région.

 

Retour devant le tribunal

Au huitième jour de grève dans l’usine SNF d’Andrézieux-Bouthéon, la négociation n’a pas repris ce lundi entre les grévistes et la direction qui vont se retrouver mardi matin devant le TGI de Saint-Etienne. En dépit d’un début de médiation de la Direction du travail, qui a rencontré séparément les représentants de la direction, puis ceux des syndicats qui appellent à la grève (CGT et CFDT).

La direction du groupe de chimie, qui compte près de 1.200 salariés sur son site ligérien, a jusqu’alors refusé de reprendre la négociation tant que le piquet de grève filtrant les camions de marchandises est en place. Elle a par ailleurs lancé une nouvelle assignation de salariés grévistes, mardi matin, devant le tribunal de grande instance de Saint-Etienne, qui l’a débouté vendredi dernier.

René Hund, le président du directoire de SNF France, nous explique que « si la mouvement de blocage continue, la production pourrait être à l’arrêt d’ici deux à trois jours ». Il indique qu’un « comité d’entreprise extraordinaire qui porte sur un projet de mise en place de mesures de chômage partiel est programmé ce mardi après-midi ».

René Hund affirme à propos de la contre-manifestation de salariés non-gréviste organisée lundi matin sur le site de SNF  qu’« elle a eu lieu à l’insu de la direction, qui a tenté de dissuader les participants, avant de leur demander de rentrer à l’intérieur de l’entreprise pour éviter des heurts avec les grévistes ».

Journaliste