Apprentissage : 8 apprentis sur 10 trouvent du travail

« Il y a un véritable avenir à l’apprentissage » : ce sont les mots du président Macron il y a quelques jours dans le cadre du Grand Débat National alors qu’il s’adressait à un millier de jeunes en Saône-et-Loire. L’apprentissage est effectivement une belle voix vers l’emploi. Focus dans la Loire.

30% des offres non pourvues

8 apprentis sur 10 sont insérés à l’issue de leur formation, généralement d’une durée de 2 ou 3 ans. La Loire compte un peu plus de 2 000 jeunes gens dans les C.F.A. Pourtant l’apprentissage peine : l’an dernier 30% des offres (soit 114) ont été non pourvues dans la Loire. Georges Dubesset, président de la chambre de métiers et de l’artisanat : «  le bâtiment a des difficultés à remplir ses sections d’apprentissage, même chose dans l’alimentaire. Mais globalement toutes les filières cherchent des apprentis ». On compte 16 000 entreprises artisanales dans la Loire.

Chasser les idées reçues

L’apprentissage est une voix royale vers l’emploi mais souffre encore de quelques idées reçues. Mélina, par exemple, a toujours rêvé d’être pâtissière : « en 3ème, mes profs m’ont dit que j’avais de trop bonnes notes pour faire un CAP… Aujourd’hui je regrette de ne pas avoir intégré une entreprise à 15 ans. Je ressens des lacunes théoriques et pratiques. » La jeune fille de 19 ans réalise un BTM (brevet technique des métiers). L’apprentissage est également une richesse pour nos territoires : seules six communes ligériennes sur 320 n’ont pas d’artisans. Depuis le 1er janvier, l’âge maximal pour devenir apprenti a été repoussé de 26 à 29 ans.

 

Journaliste
Chroniqueuse