ASSE 0-1 Lille : on n’a pas retenu les leçons

IMG_asse lille mars 2019

Les Verts se sont une nouvelle fois inclinés contre un « gros » du championnat, et une nouvelle fois en fin de match (87′). Ils ont même fini à 9 contre 11. La descente au classement se poursuit.

Une bien meilleure entame

Jean-Louis Gasset avait prévenu ! Il voulait des guerriers, il a au moins eu un début de match plus maîtrisé qu’à Marseille, avec ce retour de la défense à 4. Les Verts tenaient le ballon, mais s’exposaient encore bêtement. La faute à des pertes de balles qui deviennent monnaie courante au milieu de terrain. Mais ni Pépé (10′), ni Leao (11′) ne parvenaient à battre la vigilance d’un excellent Ruffier cet après-midi. Il fallait attendre la demi-heure de jeu pour que Sainté se procure sa première occasion. C’est Béric qui reprenait un ballon à l’entrée de la surface, mais voyait sa tentative mourir à côté du poteau de Maignan (30′). Et après après un super contrôle pour s’ouvrir le chemin du but, le slovène buttait une les cheville de Maignan, qui avait plongé du mauvais côté (34′). Ce seront finalement les deux seules occasion stéphanoises du match.

Un but et beaucoup de tension

Et dans un match où la VAR n’aura pas fonctionné, l’arbitrage aura quand même pesé. Notamment dès l’exclusion de Jean-Louis Gasset (39′) pour protestation. Ensuite, en fin de match, lorsque Debuchy et Khazri pèteront les plomb et contesteront de manière trop véhémente (90′ et 90’+2). Auparavant, Ruffier aura longtemps tenu la baraque devant Pépé (46′ et 55′), mais aussi un centre contré par Aït Bennasser (47′). Il cédera finalement à la 87′, comme trop souvent contre un « gros » du championnat, au terme d’un raid de Pépé – lancé par Luiz Araujo – qui prendra de vitesse (une nouvelle fois) Subotic au moment de repiquer dans l’axe. Les Verts termineront donc à 9 contre 11.

 

Il va donc falloir réellement relever la tête dans cette dernière ligne droite du championnat. Il reste 10 rencontres, 30 points à prendre et des adversaires, à priori, à la portée. Messieurs vous avez votre destin – encore – entre vos pieds.

 

Les réactions d’après-match de Mathieu Debuchy, Timothée Kolodziejczak et Wahbi Khazri :

Journaliste