ASSE 2 – 2 OM : un vrai match d’hommes

Robert Béric égalise d'un geste peu académique mais diablement efficace contre l'OM. crédit photo : asse.fr

Menés mais jamais vraiment malmenés, les Verts ont fait preuve d’une vraie force mentale pour revenir au score à deux reprises. Les Stéphanois auraient même pu espérer plus dans cette rencontre. Définitivement rassurant pour la suite du championnat.

 

Le froid réalisme marseillais

Cueillis à froid sur la première occasion olympienne, les Verts se sont une nouvelle fois mis au pied du mur pour réagir. Sur un centre venu de la gauche, Thauvin profitait de la glissade de Gabriel Silva pour affoler le petit filet opposé de Ruffier et cloué le portier des Verts sur sa ligne (0-1, 4′). Mais loin d’abdiquer et de céder à la peur ambiante des 15 buts marseillais en 2 matchs, les Verts restaient appliqués défensivement et alertes offensivement. Et sur un contrôle orienté génial d’Hamouma, Monnet-Paquet était servi dans la surface et ajustait Mandanda d’une frappe à ras de terre (1-1, 10′). Mais une nouvelle fois, les hommes de Jean-Louis Gasset se faisaient punir sur la seule largesse laissée aux olympiens. Et Bouna Sarr prenait le boulevard sur le flanc droit, pour trouver Sanson lancé comme un frelon dans la surface et doubler la mise (1-2, 20′). Les Stéphanois tentaient bien de se projeter vers l’avant en vain et regagnaient les vestiaires avec un but de retard.

 

Le patient stéphanois

Et il fallait attendre la deuxième mi-temps pour voir les Verts prendre un vrai ascendant physique. Probablement émoussés par l’enchaînement des matchs, et souhaitant en garder sous le pied en vu du déplacement à Braga, jeudi, les Marseillais ne procédaient que par contre-attaques. Toujours inspirées et dangereuses, mais pas fructueuse. Hamouma était à deux doigt de bénéficier d’un penalty (52′), si Monsieur Schneider avait vu le tirage de maillot de Sakai, plus à l’aise avec ses bras que ses pieds. Jean-Louis Gasset en profitait aussi pour faire du coaching et faire entrer N’tep, Hernani et Béric. Le buteur slovène se montrant peu à son avantage sur ses premiers ballons, forçait la décision, et ramenait les siens à égalité sur un geste bien peu académique. Hamouma trouvait Bamba côté droit, qui temporisait et adressait un centre au deuxième poteau, repris de la poitrine par Béric (2-2, 75′). On se prenait alors à rêver de plus, mais ce sont les Marseillais qui faisaient passer un dernier frisson sur la cage de Ruffier. Le gardien stéphanois sortait le grand jeu devant Thauvin et préservait ce bon résultat.

 

Ce nul permet donc de poursuivre la bonne série entamé contre Caen et préserve l’invincibilité à Geoffroy Guichard en 2018. De bonne augure avant de se déplacer à Angers la semaine et de réaliser une autre grande performance face à l’autre olympique, dans 15 jours…

 

Les réactions de Loïc Perrin, Mathieu Debuchy et Robert Béric après le match face à l’OM :

Robert Béric égalise d'un geste peu académique mais diablement efficace contre l'OM. crédit photo : asse.fr

Journaliste