Au premier jour d’audience, le Cardinal Barbarin plaide non coupable

Le cardinal Philippe Barbarin au premier jour de son procès à Lyon, le 7 janvier 2019. REUTERS/Emmanuel Foudrot

Le procès du cardinal Barbarin se poursuit ce mardi. Il doit s’achever mercredi devant le tribunal correctionnel de Lyon. Rappelons que l’archevêque est accusé de non dénonciation des actes pédophiles du père Preynat, cet ancien curé du Roannais.  Des agressions sexuelles commises sur des scouts à la fin des années 80 et au début des années 90.

L’ancien dir cab s’est muré dans le silence

Après une matinée consacrée aux questions de procédures, les juges ont auditionné deux acteurs importants de ce procès : l’ancien directeur de cabinet du cardinal Barbarin qui a préféré se murer dans le silence, refusant de répondre aux questions de la présidente.

Philippe Barbarin, quant à lui,  personnage central très médiatisé arrivé sous les flashs des photographes est resté à la barre pendant près d’1h30 réfutant les accusations d’inactions :  « je n’ai jamais cherché à cacher ses faits horribles et encore moins à les couvrir ». A la question du tribunal, allez-vous plaider la relaxe ? Il a répondu en fin d’audition : « Franchement je ne vois pas de quoi je suis coupable ». Le cardinal a longuement été interrogé sur les moments où il aurait pu agir dans l’affaire Bernard Preynat. « Il a fallu attendre septembre 2015 » pour qu’il ne soit plus en charge d’une paroisse. Monseigneur Barbarin encourt jusqu’à cinq ans d’emprisonnement.

Le cardinal Philippe Barbarin au premier jour de son procès à Lyon, le 7 janvier 2019. REUTERS/Emmanuel Foudrot

Rédacteur en chef
Infos matinée