Avant ASSE – Lille : lâcher les chevaux

ACTIV RADIO / Jean-Louis Gasset

Les Verts n’ont plus le choix. S’ils veulent se glorifier d’avoir battu au moins un adversaire au-dessus d’eux en championnat, il va falloir battre le LOSC de Christophe Galtier. Et ce ne sera pas aisé…

Retrouver le bon état d’esprit

Il faudra surtout afficher un état d’esprit plus guerrier que face à Marseille (2-0). Jean-Louis Gasset a eu du mal à digérer ce non match au Vélodrome, dimanche dernier, et il a eu l’occasion de le dire aux joueurs dès la reprise, mardi : « Non je ne les ai pas secoué, mais des fois je monte en régime, je ne dors pas. Je leur ai demandé quelle ambition ils avaient dans la vie. De se regarder dans une glace, et que si on regardait le match pour le débriefer, il fallait un petit sac pour vomir. Mais j’ai senti un regain cette semaine ». Une bonne nouvelle pour le coach, qui ne accorde peu d’importance au système de jeu (4 ou 5 derrière) mais parie davantage sur l’animation qu’il faudra mettre en place. Et le soutien du public, une nouvelle fois amputé du kop Sud, après les fumigènes sortis contre le PSG.

Lille sur un train d’enfer, mais…

Car en face, il y aura un sacré client. Les Lillois sont deuxièmes de Ligue 1 après 27 journées, sans discontinuer depuis le 4 décembre, et plus régulièrement depuis le 30 septembre dernier. Une équipe très équilibrée avec un Mike Maignan qui a pris toute sa dimension dans les cages, une défense menée à la baguette par le vainqueur de l’Euro 2016 José Fonte, un milieu à deux travailleur, et une attaque de feu composé du quatuor Bamba – Pépé – Ikoné et Leao, qui ont inscrit 24 des 44 buts nordistes depuis le début de la saison. Mais la deuxième attaque de Ligue1 sait aussi très bien voyagé, en étant notamment invaincue depuis 6 déplacements en championnat (dernière défaite 2-0, le 25 novembre, à Lille). Avec 54 points en 27 matchs, Lille va a un rythme effréné de 2 points pris par rencontre, ce qui fait dire à Jean-Louis Gasset : « C’est une formation Ligue des Champions ! »

Ce n’est donc pas un simple match de football qu’il faudra jouer, mais une rencontre de coupe, où il n’y aura pas de place au calcul. On a trop souvent constaté que cette équipe ronronnait. Il faut maintenant lâcher les chevaux, à 11 journées de la fin, et de l’Europe.

ACTIV RADIO / Jean-Louis Gasset

Journaliste