ASSE-Monaco : atteindre les sommets

Slide_Monaco

Les Verts remettent déjà le bleu de chauffe ce vendredi, pour la dernière ligne droite du marathon de la fin septembre. Après les six points pris contre Caen à domicile, et du côté de Toulouse, les Verts veulent empocher un nouveau succès, face à Monaco.

4 ans de disette et un affront à laver

Car la dernière victoire stéphanoise à domicile contre le club princier remonte au 1er mars 2014. Une éternité dans le football moderne. Mais c’est surtout le dernier affrontement dans le Forez dont se souvient le coach Gasset, alors adjoint de Julien Sablé : « En décembre dernier, nous étions au plus mal, et le football est sans pitié. Monaco avait ouvert la marque très rapidement (3′) et ne nous avait rien laissé. En perdant 4-0, nous avions frôlé la catastrophe : le président était entré sur le terrain, Ruffier avait été expulsé, et les supporters mécontents. Mais je n’ai pas oublié non plus qu’ils nous privent de coupe d’Europe en mai dernier, sur un pénalty. Monaco reste cependant une grande équipe.  Ce sont eux qui joueront en Ligue des Champions mardi prochain. » Autant dire qu’il y aura un sentiment de revanche dans le discours d’avant-match pour mobiliser un groupe qui retrouve Khazri, mais devra une nouvelle fois se passer de Debuchy. Les valeurs de solidarité étant revenues samedi dernier – après la boulette de Ruffier – et mardi dans la ville rose – avec le but de Diony, les deux passes décisives de Selnaes et le but de Salibur, tous deux remplaçants au coup d’envoi – l’espoir d’une troisième victoire est proche

Attention à la bête blessée

D’autant que les Monégasques ne sont pas au mieux en ce début de saison, et que les résultats sont loin d’être conformes aux ambitions du champion de France 2017. Une seule victoire est venue égailler un ciel de moins en moins bleu au-dessus de la Principauté. 3 nuls et 3 défaites accompagnent ce maigre bilan comptable, qui a pris un peu plus de plomb dans l’aile mardi soir, et une défaite 0-1 contre Angers. Les Monégasques sont donc 18è et barragistes avant le coup d’envoi de ce soir. Un constat qui est loin de rassurer Stéphane Ruffier. Le portier des Verts, formé sur le rocher, répète « qu’il faudra faire preuve de solidarité » et « qu’il est dangereux se frotter à une bête blessée. » Le gardien du temple stéphanois qui s’est également montré élogieux à l’endroit de son ancien club, rappelant que « tout a commencé là-bas, de ses 14 à 24 ans, quand le staff lui avait fait confiance au point de la mettre en n°1 devant Flavio Roma (2007). »

En cas de succès ce vendredi soir, les Verts s’empareront de la deuxième place, en attendant les résultats du week-end. Certes le classement est encore anecdotique, mais les places commenceront à compter désormais, après 1/3 du championnat déjà écoulé.


Journaliste