Coupe du monde de Rugby 2023 : peut-être un 5ème match de poule à Geoffroy Guichard

Gaël Perdriau, président de SEM entouré de Sébastien Chabal et Claude Atcher

Rien d’officiel mais c’est bien parti : le chaudron accueillera, non pas quatre, mais cinq matchs de poule en 2023 pour la Coupe du Monde qui se déroulera en France. Le tirage au sort le 29 novembre 2020 viendra confirmer la bonne nouvelle.

G.G. trop petit pour un quart

Ce lundi dans les locaux de Saint-Etienne Métropole à Châteaucreux avait lieu la signature de convention de partenariat entre la Métropole et les organisateurs de la Coupe du Monde. Une convention qui comprend plusieurs axes comme le volet animation ou la mise à disposition du stade dont SEM est propriétaire. Pourquoi un match de poule et pas de phase finale ? Claude Atcher, Directeur Général : « C’est parfois un crève cœur mais la la différence entre le nombre de spectateurs et le niveau de recette attendu sur un 1/4 de finale est trop importante ». La Loire n’est pas une terre de rugby mais… « on connait la passion du pays stéphanois pour le sport en général ». Le XV de France jouera une rencontre amicale dans le chaudron à la mi-novembre 2020.

S.C au micro des médias locaux pendant une dizaine de minutes

S.C au micro des médias locaux pendant une dizaine de minutes

Saint-Etienne, « une terre de supporters »

Lors de cette conférence de presse en présence, tous les regards étaient tournés vers Sébastien Chabal, joueur emblématique du XV de France (62 sélections). Le natif de Valence dans la Drôme, ambassadeur de la compétition, n’a fait que des éloges sur Saint-Etienne : « le territoire est marqué par le football mais c’est avant tout une terre de supporters, ce qu’on ne retrouve pas partout en France… La population ressemble à une grande équipe avec ce lien, cette union. La Coupe du Monde de 2007 s’est merveilleusement déroulée, les Ecossais continuent de venir ici. » Sébastien Chabal a joué deux fois à Geoffroy Guichard : au début de sa carrière en 1999 et en 2001 avec l’Equipe de France contre les Fidji.

Interrogé sur l’avenir du rugby, l’ancien international répond avec franchise : « notre sport est à un moment charnière… Nos jeunes pousses performent et sont champions du monde des – de 20 ans. Si les résultats du XV de France sont bons, les jeunes suivront. Quant à la dangerosité, je suis perplexe… Oui on fait un sport de combat et de contact mais il ne faut pas le transformer ni trouver de nouvelles règles. Il y a surtout un gros travail éducatif à faire. »

L’interview intégrale de S.Chabal :

Gaël Perdriau, président de SEM entouré de Sébastien Chabal et Claude Atcher

Journaliste
Chroniqueuse