De 1.700 à 1.800 manifestants à Saint-Etienne, selon la préfecture

photo ACTIV

Le regroupement des trois manifestations qui y étaient annoncées, constitué majoritairement de « gilets jaunes », a réuni 1.700 à 1.800 personnes à Saint-Etienne, samedi après-midi, selon la préfecture de la Loire. Sur les 44 personnes interpellées au cours de la journée, huit étaient en garde-à-vue samedi soir.

Le préfet, Evence Richard, a déclaré au cours d’une conférence de presse que quatre personnes, un policier, un passant et deux manifestants, ont été blessés durant cette manifestation, qui a pris fin vers 19 heures, deux heures après le début de sa dislocation devant la gare de Châteaucreux par les forces de l’ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène.

Le centre-ville épargné, mais déserté

Le représentant de l’Etat a exprimé samedi soir sa satisfaction que les manifestants ont été empêchés de pénétrer dans le centre-ville, ainsi qu’à la Cité du design et d’approcher le site du fabricant d’armes Verney-Carron, trois cibles des manifestants. Outre les unités de police et de gendarmerie de la Loire, il a déclaré avoir reçu le renfort de quatre escadrons de gendarmes mobiles et de deux compagnies de CRS, ainsi que d’un hélicoptère, portant l’effectif mobilisé à 723 personnes.

Des manifestants masqués et cagoulés ont incendié des poubelles, plantations de l’espace public, mettant aussi le feu aux broussailles longeant la voie ferrée qui traverse la ville. Des abribus et des supports publicitaires vitrés ont été brisés le long du parcours. Les rares commerçants qui avaient ouvert leur boutique étaient consternés de constater que le centre-ville étaient pratiquement désert samedi après-midi.

« Il est temps que ces manifestations cessent », estime Gaël Perdriau

A l’issue de cette journée de manifestations à Saint-Etienne, le maire LR de la ville Gaël Perdriau a réagi par le biais d’un communiqué. « Une fois encore, nous avons assisté à un défilé de plus de 1700 manifestants tournant en ville, sans objectif précis et se livrant à des actes de vandalisme sur la voie publique avec des dégradations du mobilier urbain, des espaces verts et de quelques façades. », déplore l’édile stéphanois. Il regrette qu’une fois de plus  » l’activité des commerçants a été affectée (…) la situation est insupportable. »

Tout en saluant les forces de l’ordre mobilisées par l’Etat qui ont réussi à contenir les manifestants en les suivant pas à pas et en remerciant la police municipale, Gaël Perdriau réitère son appel à cesser les manifestations. « Elles mettent à mal les valeurs de notre République ainsi que notre mode de vie », estime le maire de Saint-Etienne.

 

photo ACTIV

Rédacteur en chef
Infos matinée