Dossier de la rédac : Le Coteau gagné par un sentiment de déclassement ?

Photo DR / Le pont qui sépare Roanne et Le Coteau

Alors que Roanne regagne ses berges avec le projet Bords de Loire, les perspectives de l’autre côté du pont sont moins réjouissantes pour Le Coteau, comme l’illustre la mise en vente de l’Hôtel des Lys. Plus petite commune du Roannais en superficie (moins de 5 km2), elle a longtemps toisé Roanne depuis la rive droite de la Loire. Il faut dire que les 7000 habitants de cet ancien hameau de Parigny ont toujours été richement dotés en commerces et en équipements. Mais la donne a changé ces dernières années, comme le constate Germain Jorge, ancien président des commerçants du Coteau.

De nombreux rideaux ont baissé dans une avenue de la Libération dépassée par les centres commerciaux, la piscine d’été a fermé ses portes depuis deux ans et une menace plus ou moins fondée plane sur l’avenir de la gare SNCF. D’où un sentiment de déclassement chez les Costellois, que le maire Jean-Louis Desbenoit admet à demi-mot :

Illustration de la tension qui règne dans la commune, deux permis de construire pour des résidences neuves font actuellement l’objet d’une lutte judiciaire, au même titre que la fermeture de l’école des Plaines, contestée par les parents et riverains.

Comment revitaliser les centres-villes ?

Un sentiment de « déclassement » qui risque de s’accentuer au Coteau, quand on sait que Roanne fait partie des 222 communes retenues par l’Etat dans le cadre du programme « Action cœur de ville ». Au même titre que Montbrison dans la Loire. Et à l’échelle régionale, on peut citer aussi Chambéry, Vienne, Bourgoin ou Le Puy-en-Velay.

Toutes ces villes ont comme point commun d’avoir entre 30.000 et 50.000 habitants et de faire face à des difficultés sociales.  Le plan présenté en mars dernier est doté de 5 milliards d’Euros sur 5 ans, et consiste à réhabiliter les logements et accompagner les commerces pour faire revivre les centres-villes. Un convention entre l’Etat et les deux sous-préfectures ligériennes sera d’ailleurs signée la semaine prochaine.

Photo DR / Le pont qui sépare Roanne et Le Coteau

Journaliste
Commentateur des matchs de la Chorale de Roanne