Faut-il se méfier de la centrale nucléaire de Saint-Alban ?

saint-alban-new.jpg

Bilan ? La centrale nucléaire de Saint-Alban (Isère), située à 30 kilomètres à vol d’oiseau de Saint-Étienne, est montrée du doigt… L’ASN considère que « des progrès notables doivent être réalisés sur certaines installations », même si le niveau de la sûreté nucléaire et de la radioprotection des régions Rhône-Alpes et Auvergne « est assez satisfaisant », selon l’Autorité de sûreté nucléaire.
« Les résultats du site restent fragiles »
Concernant plus précisément la centrale nucléaire de Saint-Alban-du-Rhône, qui emploie environ 670 personnes, l’ASN estime que les performances globales du site de Saint-Alban « sont en retrait par rapport à l’appréciation générale portée sur les performances d’EDF ». En 2010, les faiblesses structurelles déjà diagnostiquées en 2009 « ont à nouveau été observées », notamment lors de l’arrêt pour rechargement du réacteur numéro 2. « En matière de radioprotection et de protection de l’environnement, les résultats du site restent fragiles, ces sujets n’étant pas pris en compte avec suffisamment de rigueur ».

C.M.