Gérard Gallot, président de la FDSEA : « les producteurs ne comprennent pas l’arrêt des marchés »

Au marché Albert Thomas Saint-Etienne le samedi 21 mars

La préfecture de la Loire maintient les marchés alimentaires dans 13 petites communes du département.

8 communes de la Plaine épargnées par l’interdiction

Malgré l’interdiction générale en France, des dérogations sont possibles sur demande des maires. Les services de l’Etat estiment donc que l’offre alimentaire est insuffisante dans 13 communes sur 323 au total que compte le département :

Arrondissement de Montbrison : Margerie-Chantagret, Montchal, Saint-Didier-sur-Rochefort, Chalmazel-Jeansagnière, Chenereilles, Grammond, Leigneux, Verrières-en-Forez

Arrondissement de Roanne : Cordelle, Jarnosse, Néronde

Arrondissement de Saint-Etienne : Fontanès et Saint-Romain-les-Atheux

Coup dur pour les producteurs

Pour les producteurs fermier du département, c’est évidemment un coup dur. La semaine dernière déjà, ils ont dû stopper la vente auprès des cantines scolaires ou restaurants. « ils se retrouvent sans moyen de commercialisation… cette décision est totalement incomprise par bon nombre d’entre eux », explique Gérard Gallot président de la Fédération départementale des syndicats exploitants agricoles. « Il faut maintenir les marchés avec des règles sanitaires strictes, y compris dans les grandes villes ». Saint-Chamond par exemple a vu sa requête retoquée. Saint-Etienne n’a pas fait de demande.

Interview en intégralité :

Pour les consommateurs qui avaient l’habitude de s’approvisionner en produits frais et locaux, il existe des drives fermiers. Il existe 4 points de retrait : Saint-Galmier, Chambles, Chalain-le-Comtal et Saint-Paul-en-Jarez.

Les agriculteurs lancent par ailleurs une campagne de communication intitulée : « pas de pénurie on vous nourrit » pour rassurer la population et l’inciter à consommer français.

Au marché Albert Thomas Saint-Etienne le samedi 21 mars

Journaliste