Gilets jaunes : où va le mouvement dans la Loire ?

IMG_1200

Comment sortir de la crise et apaiser la colère des gilets jaunes ? C’est la question que se pose l’exécutif après un week-end violent dans les rues de Paris mais aussi à Saint-Etienne. Le Premier ministre poursuit ses entretiens à Matignon. Il doit recevoir ce mardi les représentants des gilets jaunes, mais la plupart a décidé de boycotter. Certains disent avoir reçu des menaces de mort. Seuls deux devraient se présenter. Et l’un d’eux remettra à Edouard Philippe une lettre de licenciement.

Lundi, ce sont tous les chefs des partis d’opposition qui se sont succédé dans le bureau du Premier ministre. Marine Le Pen, Nicolas Dupont Aignan, Olivier Faure, Laurent Wauquiez ou encore Benoit Hamon… Il était accompagné du député de la Loire Régis Juanico… Ecoutez l’élu ligérien

Tous les partis d’opposition ont une revendication commune : la suppression de la hausse des taxes sur le carburant. Benoit Hamon et Régis Juanico ont aussi réclamé une revalorisation du SMIC au 1er janvier et une hausse des minimas sociaux.

Dans la Loire, les gilets jaunes tentent de se réorganiser

Dans la Loire, le mouvement ne compte pas s’arrêter. C’est ce qu’on fait savoir les représentants des gilets jaunes lundi soir. Ils se sont réunis sur l’aire du pays du Gier pour montrer leur volonté de se structurer. Leur revendication principale désormais ? La dissolution de l’assemblée nationale… Même si le gouvernement revient sur la hausse des taxes pour le carburant, c’est trop tard, disent-ils. Ecoutez Frédérique, l’une des porte-paroles du mouvement dans le département

Rédacteur en chef
Infos matinée