La colère monte dans plusieurs écoles de la Loire

crédit photo : activradio.com

On vous en parle depuis le début de la semaine sur Activ, on ne compte plus les villages menacés par la fermeture d’une classe. Alors que la carte scolaire pour la rentrée 2018 se précise, c’est maintenant que l’Inspection d’Académie indique les classes qui ouvrent ou qui fermeront à la rentrée prochaine dans la Loire.

L’incompréhension à Saint-Germain-Laval

Et la protestation est grande à St Germain Laval notamment : l’une des six classes est menacée de disparaître à cause d’un trop grand nombre de dérogations. Concrètement, la moitié des élèves scolarisés à St Germain Laval vient de petits villages alentours, qui eux aussi disposent d’une école.

L’Inspection d’Académie a donc décidé de pousser ces parents à mettre leurs enfants dans l’etablissement de leur village, au grand étonnement de Bertrand Chinal, père de deux petites filles scolarisées à St Germain Laval :

 

Ping-pong verbal et rejet des responsabilités de chacun

Les parents d’élèves sont donc tombés de leur chaise en apprenant que l’une des 6 classes sera fermée malgré des effectifs suffisants. Ils avaient donc rendez-vous avec le sous-préfet de Roanne hier. Christian Abrard, a tenté de leur démontré la logique de l’Inspection d’Académie :

Dans cette partie de ping-pong des responsabilités, ce sont donc les maires qui devront se mettre d’accord pour savoir quelle classe sacrifier… Pas facile selon Alain Beraud, maire de St Germain Laval :

Les parents d’élèves, eux, ont prévu d’intervenir durant le prochain conseil communautaire des Vals d’Aix et Pays d’Isable, prévu ce jeudi soir pour appeler les élus au dialogue.

Et ce cas n’est pas unique, une opération « école morte » a été observée hier, à Briennon, et dès ce matin et pour le reste de la semaine au Chambon-Feugerolles.

crédit photo : activradio.com

Journaliste