Le Cardinal Barbarin visé par une enquête pour « non dénonciation de crime »

Photo La Vie

Nouvelle donne dans l’affaire du père Preynat… La justice a décidé d’ouvrir une enquête cette fois à l’encontre de six personnes dont le Cardinal Barbarin après plusieurs plaintes des membres de l’association Parole Libérée. On l’a appris vendredi soir : le parquet de Lyon a ordonné une enquête préliminaire pour « non dénonciation de crime et mise en danger de la vie d’autrui ». Le diocèse est donc soupçonné d’avoir fermé les yeux sur les actes du père Preynat. Celui qui a exercé dans le Roannais pendant plus de 20 ans est mis en examen pour des viols sur des jeunes scouts : des faits qui remontent à la fin des années 80.

« Serein et prêt à collaborer avec la justice »

Dans un communiqué, le cardinal Barbarin indique « qu’il n’était pas archevêque de Lyon à l’époque des faits » et assure n’avoir « jamais couvert aucun fait de pédophilie ». L’archevêché se dit prêt « à fournir aux enquêteurs toutes les informations pour faire la lumière sur ces événements dont la complexité et l’ancienneté exigent une approche prudente ».

Il y a quelques semaines, dans le journal La Croix, l’archevêque de Lyon a reconnu avoir été alerté des agissements pédophiles du père Preynat depuis 2007-2008, alors qu’il ne l’a relevé de ses fonctions qu’en août 2015. L’association « La parole libérée », qui regroupe les victimes du prêtre, reproche aux prélats de ne pas avoir dénoncé ses agissements.

Photo La Vie

Journaliste
Chroniqueuse