Le maire de Firminy passe la nuit en garde-à-vue suite à la plainte le visant pour agression sexuelle

Marc Petit, Maire de Firminy, au micro de la Radio de la Loire à l'occasion de la Biennale Design Saint-Etienne
MàJ – jeudi 7 décembre – 4h05

ACTIV vous avait révélé en octobre 2016 cette plainte pour « agression sexuelle »  déposée contre le maire de Firminy, Marc Petit. Plus d’un an après le début de l’enquête préliminaire, l’élu de l’Ondaine a été placé en garde-à-vue ce mercredi. Information confirmée par le Procureur de la République de Saint-Etienne. Trois agents de la Police Judiciaire sont venus perquisitionner les locaux de l’hôtel de ville, en compagnie du maire de Firminy, avant de repartir à bord d’une voiture banalisée. Selon nos informations des documents ont été saisis. Marc Petit a passé la nuit en garde à vue.

Des faits qui se seraient déroulés en Turquie

Pour rappel, la plainte émane d’une employée du Conseil départemental du Puy-de-Dôme âgée d’une quarantaine d’années. Une délégation de ce département s’était rendue en Turquie, en juillet 2016, à l’occasion du classement de l’œuvre de Le Corbusier au patrimoine mondial de l’Unesco. La plainte avait été déposée initialement à Clermont-Ferrand, avant d’être transférée à Saint-Etienne.

Il y a quelques semaines encore, l’avocat de Marc Petit, Maître Buffard, nous confiait que son client n’avait toujours pas été entendu. Il disait aussi ne pas avoir accès au dossier dans le cadre de l’enquête préliminaire.

 

Marc Petit, Maire de Firminy, au micro de la Radio de la Loire à l'occasion de la Biennale Design Saint-Etienne

Rédacteur en chef
Infos matinée