Le SDIS, l’Opéra-Théâtre et les horodateurs au menu du conseil municipal de Saint-Etienne

Gael Perdriau

La Ville de Saint-Etienne paie trop pour financer les sapeurs-pompiers ligériens… Le constat ne date pas d’hier puisque l’ancien maire Maurice Vincent avait entamé une procédure en justice pour ramener la cotisation annuelle de la Ville à un niveau raisonnable. Son successeur, Gaël Perdriau a préféré la négociation. Il a ainsi abandonné toute idée de procès… L’accord conclu le 19 septembre entre le SDIS, le Conseil Général et la Ville de Saint-Etienne  a été entériné hier soir lors du conseil municipal stéphanois… Accord qui prévoit une baisse de la cotisation payée par la Ville de Saint-Etienne de 600.000 Euros par an, jusqu’en 2020. Accord dénoncé par l’opposition de gauche. Cela représente une cotisation de 72 Euros par habitant à Sainté, alors que dans les autres communes de la Loire, on paie 46 Euros en moyenne par habitant. Le maire de Saint-Etienne, Gaël Perdriau, explique son choix.

Trois licenciements à l’Opéra-Théâtre ?

La Ville de Saint-Etienne aurait acté le licenciement pour faute grave de trois personnes à l’Opéra-Théâtre. C’est ce qu’a dénoncé l’opposition lundi soir lors du conseil municipal. Ce serait la suite logique de l’enquête administrative qui visait cinq salariés… Trois d’entre eux, dont le directeur de l’établissement Vincent Bergeot et le chef d’orchestre Laurent Campellone, ont simplement reçu une lettre de convocation, rétorque la majorité. L’Opéra-Théâtre de Saint-Etienne connait une crise sans précédent depuis le printemps dernier, due à des dysfonctionnements internes et une à mauvaise gestion financière, selon la nouvelle municipalité.

Bientôt des horodateurs intelligents…

Autre sujet qui a animé le conseil municipal à Saint-Etienne… Le parc d’horodateurs : sur les 372 appareils que compte la capitale ligérienne aujourd’hui, 90% n’acceptent que les paiements avec des pièces de monnaie. Et bien ça va changer ! D’ici février, de nouveaux appareils permettant le paiement par carte ou sans contact vont faire leur apparition. En réalité, ce sont les horodateurs actuels vont être modernisés avec l’intégration d’un kit panneau solaire. Côté tarif, rien ne change si ce n’est l’instauration d’une tarification au quart d’heure. Avec ce nouveau système, la Ville pourra aussi mettre en place des périodes de gratuité comme l’explique Gaël Perdriau.

Et la modernisation du parc d’horodateurs a un coût : 1,2 millions d’Euros.

Rédacteur en chef
Infos matinée