Le témoignage d’une Ligérienne tombée malade après une injection vaccinale avec aluminium

Photo ACTIV RADIO

Le débat sur le neurotoxicité de l’aluminium dans les vaccins est relancé en France. La semaine dernière, Le Parisien révélait l’existence d’un rapport jamais publié par l’agence nationale de sécurité du médicament. Rapport qui pointe les risques liés à l’aluminium dans les vaccins et met en avant des prédispositions génétiques chez certains patients.

La myofasciite à macrophages, induite par l’aluminium dans les vaccins

C’est justement à la suite d’une injection vaccinale contre l’hépatite B, en 2011 dans le cadre de ses études d’infirmière, qu’une jeune Stéphanoise de 27 ans est tombée sérieusement malade. Le diagnostic est tombé trois ans plus tard pour Justine, qui souffre d’une maladie neurologique induite par la présence d’aluminium dans son vaccin. Depuis, elle est suivie régulièrement à l’hôpital Henri Mondor de Créteil, l’unique établissement spécialisé en France.

Aller plus loin dans les recherches

En France, au moins un millier de personnes sont atteintes de la myofasciite à macrophages, comme Justine. Elles sont trois ou quatre dans la Loire. Sans compter celles qui l’ignorent. L’agence du médicament veut que les recherches aillent plus loin. Justine plaide pour la même cause

Aujourd’hui, Justine a arrêté toute activité du fait de son invalidité estimée entre 50 et 80%. La jeune femme est même obligée de marcher à l’aide d’une canne.

Un documentaire sur le sujet projeté à Montbrison

Le 9 novembre prochain, une projection-débat consacrée à l’aluminium dans les vaccins aura lieu au cinéma Rex à Montbrison en présence du Professeur Gherardi de l’hôpital Henri Mondor, de Didier Lambert, président de l’association E3M, qui regroupe des personnes atteintes de myofasciite à macrophages suite à une vaccination contenant de l’aluminium, et de Marie-Ange Poyet, réalisatrice du documentaire « Pour des vaccins sans aluminium ».

Photo ACTIV RADIO

Rédacteur en chef
Infos matinée

  • Guillaume Dougados

    « la vaccination a permis de sauver des millions de vies, et continue encore »

    Ah bon? Jamais prouvé, uniquement des observations statistiques par contre certaines études tendent à démontrer que pour sois-disant protéger contre des maladies généralement bénignes la vaccination endommage notre santé à court et long terme. La vaccination c’est comme prendre un antibiotique en prévention, ça peu marcher mais à un coût sur la santé qui n’en vaut pas le risque.

  • le réaliste

    Injecter 11 vaccins à des enfants de moins de 18 mois est criminel , cela veut dire que notre ministre accepte de pourrir la vie de milliers d’enfants( et de parents) prédisposés à cette maladie: c’est inacceptable.Un retour à l’adjuvant dérivé du calcium doit être impératif, sinon elle est complice d’empoisonnement et devra en répondre devant la justice, car là elle ne pourra pas dire qu’elle ne savait pas.

  • Martine Gutierrez Chabance

    Merci Justine pour ton témoignage! J’espère qu’un jour nos chercheurs trouveront le moyen d’éliminer cet aluminium de nos corps! en attendant arrêtons les dégâts! revenons au bon vieux phosphate de calcium. Il faut que l’état donne les moyens financiers au Pr Ghérardi pour continuer ses recherches. la vaccination a permis de sauver des millions de vies, et continue encore, mais si l’on peut diminuer les risques induits par les adjuvants aluminiques; alors il ne faut pas hésiter! qu’attend l’ANSM?…