Portrait d’une famille ligérienne qui instruit ses enfants… à la maison !

Photo d'illustration / DR

L’école à la maison séduit de plus en plus en France. 25 000 élèves suivent une scolarité à leur domicile, un chiffre qui a doublé en 7 ans selon le Figaro. Activ s’est intéressé à cette méthode d’enseignement avec une famille de la Loire, installée à Ecoche près de Charlieu. Ambre est maman de trois filles et un garçon de 5 à 14 ans. Comment s’organise t-elle ? Pourquoi a t-elle sauté le pas il y a 7 ans ? Témoignage.

Libre de la pédagogie, du rythme et du programme

Discuter avec des adolescents de 14-15 ans, déscolarisés depuis toujours, a poussé Ambre à prendre cette décision pour son aînée, Jade, au moment de l’entrée en CE2. A l’époque une petite fille « tout le temps fatiguée ». « La dernière paire de basket n’était pas quelque chose de vital pour eux, leur maturité m’a convaincue ». Ses trois autres enfants – Kaya 10 ans, Dune 8 ans et Mahdi, 5 ans – ont suivi le même chemin. Cette maman, aujourd’hui éducatrice Montessori, s’estime également déçue du système scolaire, « non adapté à l’épanouissement des enfants ».

L’instruction à la maison ne les empêche pas de rencontrer des enfants de leur âge grâce aux activités sportives ou au centre aéré le mercredi. Autre force : les rencontres régulières avec les autres famille non scolarisées, organisées via les associations comme Les Enfants d’abord (Led’a) créée il y a un peu moins de 30 ans.

Des contrôles une fois par an

Depuis la rentrée 2016, les défenseurs de l’école à la maison dénoncent un recours de la ministre Najat Vallaud-Belkacem. Le texte impose un contrôle à chaque fin de cycle. Jusqu’à septembre dernier, l’enfant était évalué en fin de scolarisation, c’est-à-dire à l’âge de 16 ans. Un moyen d’imposer les programmes scolaires selon eux.

Les chiffres dans la Loire

(chiffres rectorat et municipalité de Saint-Etienne)

  • 119 enfants ligériens suivent une scolarisation à domicile
  • A Saint-Etienne, ils sont 54 contre 21 en 2012/2013 (sur 16 000 écoliers)
  • Le département compte 5 écoles alternatives dont 2 à Saint-Etienne (Saint-Anne et Espérance Banlieue)

Photo d'illustration / DR

Journaliste
Chroniqueuse