L’interview télévisée d’Emmanuel Macron vue de la Loire

Photo DR  / Capture d'écran

La France « n’a pas déclaré la guerre » à la Syrie de Bachar al-Assad, c’est ce qu’a affirmé dimanche soir Emmanuel Macron qui s’est prêté à un nouvel exercice télévisé face aux journalistes de BFM TV et Mediapart. Le chef de l’Etat a rappelé la volonté de Paris de trouver une solution politique à la guerre en Syrie, en regroupant tous les acteurs de la crise. Le président assure que les frappes occidentales contre la Syrie, dans la nuit de vendredi à samedi, ont été un succès « sur le plan militaire ».

« Combat de coqs »

Nouvelle interview télévisée, donc, pour Emmanuel Macron trois jours après celle donnée sur TF1. Un entretien de plus de 2h30 heures au cours duquel il est revenu notamment sur la baisse de la CSG, le conflit avec les cheminots ou encore la situation à Notre-Dame-des-Landes.

Le patron de la République en Marche dans la Loire Jean-Louis Gagnaire estime que cet entretien a incontestablement fait « avancer les débats dont les Français ont besoin », alors que le député LR de l’Ondaine Dino Cinieri a vu je cite une interview « qui tourna au combat de coqs et énonça peu de choses aux français ».

 

gagnaire

 

cinieri

Wauquiez pas convaincu de l’utilité des frappes en Syrie

Dans le JDD , le président des Républicains et de la région Auvergne-Rhône-Alpes Laurent Wauquiez a réagi dimanche à l’intervention militaire en Syrie. Il affirme ne pas croire « à l’utilité de frappes punitives. Frapper pour frapper, pour donner le sentiment de faire quelque chose, sans qu’il y ait une quelconque stratégie derrière. La priorité du président à l’international doit être de lutter contre les islamistes ».

Photo DR / Capture d'écran

Rédacteur en chef
Infos matinée