L’invité de la rédac : Elodie Clouvel, vice-championne olympique de pentathlon moderne

ELODIE CLOUVEL PHOTO

Elodie Clouvel va préparer les Jeux Olympiques 2020, chez elle, à Saint-Etienne grâce à un partenariat avec la Ville. La Stéphanoise est notre invitée cette semaine.

« J’espère qu’ensemble, nous irons chercher l’Or à Tokyo »

La championne n’est plus en contrat avec le Club de Perpignan et revient donc sur sa terre natale : « C’est un retour aux sources et Saint-Etienne a toutes les structures nécessaires ». Comme le club de natation, le SEN, dans lequel elle a débuté ou le club d’équitation. Son village, Rochetaillée, est l’idéal pour courir. Elodie va continuer de s’entraîner au quotidien à l’INSEP à Paris mais reviendra régulièrement dans la Loire pour des stages de perfectionnement. En contre-partie, elle s’engage à promouvoir sa discipline auprès des plus jeunes. Son père, Pascal, a créé le Saint-Etienne Pentathlon 42 dont elle est la première licenciée. Son objectif : les qualifications pour les JO de Tokyo. L’année 2019 est très importante : Coupe du Monde en février, championnats d’Europe en août (8 places à prendre), championnat du Monde en septembre (3 places).

Le soutien important des sponsors

« Pour décrocher une médaille, il ne faut négliger aucun détail » explique Elodie Clouvel qui s’entoure de plusieurs sponsors pour mener à bien son projet. Concrètement, il s’agit de soutiens financiers comme la convention qu’elle vient de signée avec la Ville de Saint-Etienne, le Département de la Loire, l’Armée de Champion, Nike etc. Cette aide lui permet de financer des stages ou de payer des coachs personnels : « Par exemple, fin décembre je pars au Kenya. Cet argent m’aide à emmener mes coachs et à constituer une team JO 2020. Une aventure qui se terminera peut-être par une médaille. »

Interview complète :

Journaliste
Chroniqueuse