Loi Travail : Valls dégaine à nouveau le 49-3 à l’assemblée

L'assemblée nationale où siègent les députés / Photo DR

La couleur avait été annoncée dès ce mardi matin. Le Premier ministre Manuel Valls annoncé ce mardi après-midi un deuxième recours à l’article 49-3 de la constitution pour faire passer la Loi Travail, de retour à l’assemblée en deuxième lecture.

En réponse, la droite a quitté l’hémicycle à l’image du député (LR) de la Loire  Yves Nicolin. Pour ce dernier, « le gouvernement affiche un mépris assumé pour la discussion parlementaire ». C’est la cinquième fois en deux ans que le 49-3 est utilisé. Ecoutez la réaction du député-maire de Roanne après l’annonce de Manuel Valls

« Un aveu de faiblesse »

L’autre député (LR) de la Loire Dino Cinieri dénonce dans un communiqué une situation qui n’a que trop durer : « c’est un aveu de faiblesse, un signe d’impuissance ! Le Parlement n’est plus écouté ! Il n’y a plus de débats parlementaires !» (…) « Manuel Valls est à court d’arguments pour convaincre sa majorité de voter la loi Travail discutée depuis plusieurs mois à l’Assemblée Nationale. »,  estime le député Dino Cinieri.

Même s’il a quitté l’hémicycle en guise de protestation, le groupe Les Républicains n’a pas prévu de déposer une motion de censure. Ce qui signifie que le texte sera adopté sans vote. Ensuite, la Loi Travail retrournera au Sénat pour être adoptée définitivement avant le 22 juillet.

Désapprobation à gauche aussi

Le député et chef de file du PS dans la Loire Régis Juanico, proche de Benoit Hamon, a lui aussi réagi à cette nouvelle utilisation du 49-3. Un « passage en force incompréhensible et inacceptable », dit-il.

 

L'assemblée nationale où siègent les députés / Photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée