Loire Sud : pourquoi le projet de la nouvelle prison est au point mort

prison-veauche

Où en est le projet de la nouvelle prison de Loire-Sud ? Les habitants de Saint-Bonnet-les-Oules apprenaient il y a un an que leur commune était pressentie pour accueillir le nouvel établissement pénitentiaire. Aujourd’hui, le dossier est au point mort.

Plusieurs raisons pour expliquer la situation. D’abord, ça ne vous a pas échappé : depuis la dernière mobilisation des habitants de Saint-Bonnet-les-Oules en avril dernier, nous avons changé de Garde des Sceaux. A deux reprises d’ailleurs. François Bayrou, puis Nicole Belloubet. Un peu comme l’A45, l’actuelle ministre de la Justice doit réétudier le dossier, alors que l’on pensait que tout était déjà acté lors du passage de Jean-Jacques Urvoas au mois de mars à Saint-Etienne.

L’accès par la route au site de Saint-Bonnet remis en cause

Preuve que rien n’est acté, la construction de la prison n’est pas inscrite au plan de financements de l’Etat. Les opposants à la prison à Saint-Bonnet ont mis en avant les défauts du terrain pressenti : il est en zone inondable. Mais pour le député de la circonscription, Julien Borowczyc, un autre critère serait remis en question : l’accès par la route. Une prison doit être construite à 15 minutes d’un TGI et d’un CHU. Le gouvernement aurait, selon nos informations, pris conscience que ce critère n’est pas vraiment rempli. Rien ne bougera, quoi qu’il en soit, avant au moins le premier trimestre 2018.

En attendant, l’Association « Non à la prison à Saint-Bonnet-les-Oules » n’a pas prévu d’actions prochainement, mais elle reste attentive.

Rédacteur en chef
Infos matinée