Mais que devient l’aéroport de Saint-Etienne Loire ?

Un avion s'est posé sur le tarmac d'Andrézieux ce vendredi 1er juin

C’est une image que l’on avait plus vue depuis le 28 octobre dernier à l’aéroport de Saint-Etienne – Loire… Un vol commercial s’est posé sur le tarmac d’Andrézieux-Bouthéon peu avant 9 heures. L’appareil de la compagnie espagnole Volotea Airlines revenait de Palerme. Le vol aller depuis la Loire avait eu lieu la semaine dernière.

Pour rappel, il n’y a plus de vols réguliers à l’aéropot de Saint-Etienne – Loire depuis les départs définitifs des compagnies low-cost Pegasus et Ryanair. Mais ponctuellement, des tours opérateurs peuvent organiser des séjours au départ de Saint-Etienne.

Aéroport fantôme

Depuis fin octobre, les vols commerciaux sont quasi-inexistants au départ comme à l’arrivé de la plateforme stéphanoise.  Le syndicat mixte s’est fixé comme objectif de ramener le déficit à 700.000 Euros, pour 10.000 voyageurs par an, en misant sur les vols charters et les voyages d’affaires. Facile à dire, mais pas évidemment à mettre en place.

Les vols liés à l’AS Saint-Etienne sont loin d’être suffisants pour maintenir un aéroport en tant que tel. Pourtant, c’est bien la volonté des élus qui veulent à tout prix garder le site sous perfusion en vue du Mondial de Rugby en 2023 et des JO en 2024. « Sans aéroport, nous n’aurions pas eu l’Euro 2016 et nous ne pourrions pas avoir des matches de foot aux JO de 2024 », assurait Georges Ziegler, le président du syndicat au micro d’ACTIV il y a quelques mois.

 

 

Un avion s'est posé sur le tarmac d'Andrézieux ce vendredi 1er juin

Rédacteur en chef
Infos matinée