Marc Petit : « les Appelous me soutiennent »

MARC PETIT

Le maire sortant de Firminy brigue un troisième mandat.

« Cette procédure judiciaire est avant tout politique »

Marc Petit pourtant critiqué dans son camp après sa condamnation en appel à 6 mois de prison avec sursis pour agression sexuelle en novembre, repart en campagne. Déchu des communistes de la Loire (PCF), il se présente donc sans étiquette. Pourquoi ? « la priorité a toujours été ma ville, de me battre pour faire avancer les dossiers et obtenir des subventions ».« De nombreux habitants m’ont demandé d’être de nouveau candidat ». Il met en avant un comité de soutien de 400 Appelous.

La gauche divisée

En février, des élus du conseil municipal de Firminy avaient demandé son retrait de ses fonctions, en vain. Marc Petit se dit « confiant » et soutenu par les habitants. Le parti communiste lance de son côté sa propre liste de rassemblement de gauche avec Anne-Sophie Putot, une fonctionnaire territoriale qui reçoit le soutien de plusieurs partis (PS, Générations.S, France Insoumise). A droite, Julien Luya se lance également avec Union pour Firminy 2020.

Le maire sortant s’est exprimé sur Activ ce lundi dans le journal de 8h30. Interview en intégralité ci-dessous.

 

Journaliste