Municipales à Roanne : un boulevard pour Yves Nicolin ?

nicolin-gilets-jaunes

Si les sites de paris en ligne permettraient de jouer sur le résultat des élections municipales à Roanne, la cote d’Yves Nicolin serait proche de 1.01 tant le maire sortant fait figure de favori du scrutin. Deux candidatures à gauche mais pas de tête d’affiche, une République en Marche aux abonnés absents, un Rassemblement National pas davantage en position de (re)jouer les trouble-fête : on fait le point sur la situation dans la sous-préfecture de la Loire.

A 56 ans, Yves Nicolin brigue un troisième mandat à Roanne, un second consécutif après avoir repris son fauteuil de maire à Laure Déroche en 2014. Exit son ancienne rivale socialiste, passée à la République en Marche avec qui elle fait campagne à Paris pour Agnès Buzyn, ce qui ouvre un boulevard à l’ex député du Roannais. Il peut en effet s’appuyer sur son bilan : une dynamique de création d’emplois et d’installation d’entreprises, des efforts en matière de sécurité avec la vidéoprotection et des grands projets engagés (îlot Foch Sully) ou en passe d’être livrés (les Bords de Loire).

Une opposition en ordre dispersé

A gauche, Brigitte Dumoulin repart dans la bataille malgré son échec aux législatives de 2017 et un score inférieur à 6% au 1er tour sous l’étiquette socialiste. Mais l’attraction, ce sera la candidature de Franck Beysson, président d’Attac en Roannais et membre du collectif 88% qui a protesté par des action satiriques contre la politique du maire sortant. Il bénéficie du soutien de la France Insoumise, d’Europe Ecologie Les Verts et du Parti Communiste.

Pour La République en Marche et le Rassemblement National, il sera difficile d’exister compte tenu du manque de notoriété et de visibilité de leurs candidats. La greffe peine à prendre avec Andrea Iacovella, ancien maire de Sainte-Colombe-du Gand de 2008 à 2012, tandis que Michel Lucas, secrétaire départemental du RN, devait lui se présenter à Riorges initialement avant de parer à une défection à Roanne. Les deux listes ne sont toujours pas finalisées, de même que celle de l’ex UDI Jean-François Vial qui se présente sans étiquette.

«Un bilan et une opposition totalement désunie»

Les élections municipales 2020 à Roanne, on les évoque avec Pierre-Olivier Vérot, rédacteur en chef du Pays Roannais et fin observateur de la vie politique locale :

Journaliste
Commentateur des matchs de la Chorale de Roanne