Neige : circulation, TER, prise de parole… Le point complet sur la situation dans la Loire

BRANCHAGE

L’épisode neigeux est terminé dans la Loire. Mais les conséquences sont importantes. A 15h, 32 000 foyers ligériens étaient encore privés d’électricité contre 70 000 au plus fort du phénomène.

350 personnes hébergées en urgence

La vigilance orange a été levé ce mardi matin à 10h ce matin. Le bilan 24 heures après est exceptionnel : 30 à 40 cm de neige par endroit, 50 dans le Pilat. Plusieurs centaines d’automobilistes ont été bloqués toute la nuit dans leur voiture entre Saint-Etienne et la Haute-Loire mais aussi sur le périphérique stéphanois ou dans le Nord de la Loire. 350 personnes ont été accueillies dans cinq  centres d’hébergement d’urgence à Firminy, Roche-la-Molière, Panissières, Noirétable et Balbigny. Le plus important étant le gymnase des Bruneaux à Firminy avec 98 personnes.

La RN88 réouverte

Sur les routes, de nombreux arbres sont tombés sur les voies empêchant la circulation. La route de Langonand entre Sorbiers et Saint-Chamond est fermée aux automobilistes : « les opérations de dégagement vont prendre énormément de temps. L’ampleur de la tâche est immense », nous explique Yves Dadole du Département de la Loire qui gère les routes secondaires. La RN88 inaccessible de lundi 12h à mardi 16h est de nouveau accessible. L’A89 fermée à Noirétable plusieurs heures, a rouverte dans le courant de l’après-midi également.

Le trafic TER paralysé

Pas mieux sur le réseau TER… Il est resté paralysé toute la journée de mardi dans la Loire. Les trains sont supprimés sur les lignes Lyon-Roanne et Saint-Etienne-Roanne toute la journée de mercredi 31 octobre.

« Certains ont bravé l’interdit » selon le Préfet

Le Préfet de la Loire Evance Richard s’est exprimé à 14h en direct de la cellule de crise de la Préfecture. « Malgré les mobilisations des services, police, gendarmerie, CRS, collectivités, il était parfois difficile de faire entendre raison aux utilisateurs de la route comme les chauffeurs de poids-lourd. Malgré les messages d’interdiction sur les panneaux, à la radio, par SMS, certains automobilistes se sont aventuré pensant qu’ils arriveraient à bon port. Une fois la situation complètement bloquée, les secours et les chasse-neige ne pouvaient plus passer. »

Quant aux moyens humains : « Lorsqu’on est confronté à ce type d’épisode, il faut trouver des forces de police en nombre suffisant sur tous les points. Le phénomène étant général… il est vrai qu’à un moment on ne peut pas se démultiplier. Le bilan est peut-être d’améliorer l’information des automobilistes à travers des systèmes plus sophistiqués. Le seul moyen de faire respecter des interdictions est d’y mettre des effectifs de police et de gendarmerie. »

Journaliste
Chroniqueuse