Profanation du cimetière de Valbenoîte à Saint-Etienne : deux adolescentes sous contrôle judiciaire

IMG_3358

Les deux adolescentes de 14 et 17 ans interpellées lundi, vers 18h30, à l’intérieur du cimetière de Valbenoîte à Saint-Etienne, où elles ont commis de nombreuses dégradations, ont été déférées mercredi matin devant le parquet de Saint-Etienne, où une information judiciaire a été ouverte pour « dégradation en réunion et violations de sépultures »

Remise en liberté sous contrôle judiciaire, la plus jeune, collégienne en classe de 3ème, a été confiée à la protection judiciaire de la jeunesse. La plus âgée a l’obligation de suivre un enseignement ou une formation. Toutes deux ont interdiction d’entrer en contact et de se rendre aux abords du cimetière situé au somme de la colline de la Vivaraize.

Reste à identifier toutes les victimes et évaluer les préjudices

« Sans mobile précis, elles expliquent qu’après que l’aînée se soit, seule, alcoolisée, elles sont entrées dans le cimetière où elles ont commis les dégradations et destructions pendant plus d’une heure, entre 16h30 et 18h00, jusqu’à l’intervention d’un témoin », indique le parquet.

Peu de temps avant la fermeture des portes du cimetière de Valbenoîte, les services de police ont été prévenus des dégradations commises sur des tombes par le gardien, lui même alerté par une personne qui les avait vu agir un peu plus tôt, un crucifix à la main.

L’instruction ouverte devra également recenser et identifier toutes les victimes et évaluer leurs préjudices, à la suite de la dégradation de 60 à 70 tombes. Les deux jeunes filles ont reconnu avoir brisé des pierres tombales, crucifix, croix, plaques commémoratives, vase, pots de fleurs, couronnes et autres objets funéraires, sans porter atteinte aux dépouilles mortuaires, selon le parquet stéphanois.

Rédacteur en chef
Infos matinée