Réforme du collège : enseignants divisés, parents d’élèves favorables à plus de souplesse

La ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem / DR

Les profs appelés à descendre dans la rue ce mardi pour dire « non » à la réforme du collège défendue par la ministre de l’éducation Najat Vallaud-Belkacem. Il faut s’attendre à de nombreux cours pas assurés dans les collèges et les lycées de la Loire. Une manifestation régionale aura lieu cet après-midi à Lyon, devant le Rectorat. Les points les plus sensibles de cette réforme portent sur la suppression des langues anciennes, comme le latin et le grec, en tant qu’option ou encore la fin des classes bilangues dès la 6ème.

Le Snes-FSU mais aussi les branches éducation des syndicats FO, CGT, et Sud appellent à la grève aujourd’hui. Mais pas le SE-Unsa, le syndicats des enseignants de la maternelle au lycée. Pour lui, une réforme du collège s’impose. Des points sont à revoir dans celle-ci, mais il en va de la réussite des élèves que de soutenir une refonte du système éducatif au collège. Ecoutez l’une de ses représentantes dans la Loire, Valérie Cros. Elle prône plus de souplesse

Plus de souplesse, c’est aussi ce que demande la FCPE, la principale fédération des parents d’élèves. Sa présidente dans la Loire, Christelle Breton, juge aussi une réforme indispensable

Un point inquiète surtout la FCPE :  l’autonomie donnée aux établissements. « On risque de se retrouver avec un enseignement inégal selon les régions », estime la fédération de parents d’élèves.

Photo DR

La ministre de l'éducation nationale, Najat Vallaud-Belkacem / DR

Rédacteur en chef
Infos matinée