Retour de la police de proximité : l’ANCTS attend de voir

Police municipale (illustration) /Photo DR

C’était une promesse de campagne du candidat à la présidentielle Emmanuel Macron. La police de proximité fera son retour en France avant la fin de l’année. Annonce, mercredi, dans les colonnes du Figaro du Ministre de l’Intérieur Gérard Collomb.

« Une bonne chose mais… »

La police de proximité avait été créée par Lionel Jospin, alors Premier ministre, avant d’être supprimée lors du mandat de Nicolas Sarkozy à l’Elysée. Reste que, pour l’heure, on ne sait pas grand-chose de cette « pol prox ». Combien d’hommes ? Quel bugdet ? Quelles prérogatives ? Autant d’interrogations qui laissent l’ANCTS (le syndicat des agents terriroriaux de la sécurité basé à Saint-Etienne) « dans l’expectative ». « Ce retour de la police de proximité est une bonne chose, mais attendons de voir », nous dit son président Cédric Renaud

 

Police municipale (illustration) /Photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée

  • Jacques Armesto

    Bonjour à tous, j’interviens en qualité de Pdt de la FNGC, pour souligner que les gardes champêtres territoriaux sont de loin, la première police de proximité officialisée depuis les origines de notre République. Réorganisée notre police nationale avec une volonté de rétablir le lien indispensable avec la population, est une excellente chose… Toutefois, qu’est il prévu pour la zone rurale ?
    La réorganisation de la gendarmerie, éloigne également les gendarmes de la population et, les gardes champêtres territoriaux sont bien trop souvent absents du paysage rural laissé trop souvent à l’abandon.
    Pourtant, les intercommunalitès, pourraient mutualiser les effectifs de ses fonctionnaires de police rurale et en faire profiter l’ensemble des communes concernées en créant aussi des emplois utiles qui soulageraient aient les services nationaux…. J. A