Rive de Gier, ville bon marché

Rive-new.jpg

Depuis de nombreuses années, la municipalité de Rive de Gier essaie de maintenir une politique de tarif abordable afin d’offrir à ses sujets le plus d’infrastructures possible à moindre prix. A l’heure d’augmenter une partie de ses tarifs, la cité ripagérienne fait passer la pilule en se présentant, à raison, comme l’une des municipalités où les services à la personne au long de la vie coûtent le moins cher. Lionel Barberis, directeur général des services, explique : « Les tarifs municipaux sont les plus bas si l’on se compare à d’autres villes de la Loire. Par exemple : les tarifs périscolaires sont très bas, l’heure de garde d’un enfant par du personnel qualifié revient à 20 centimes d’euro environ ; les autres villes du département sont environ à 2 euros de l’heure. »
Quelques exemples significatifs
L’exemple ne s’arrête pas là. Au fil de la vie, les tarifs restent très compétitifs. Un abonnement annuel à la bibliothèque et au cyber espace de la commune revient à 5 euros, contre 15 euros à Montbrison… Les cantines scolaires ripagériennes coûtent entre 1,60 euro et 2,15 euros le repas, soit en moyenne 85 centimes de moins que dans les autres municipalités.
Et puisque l’on parle de la vie à la mort, une concession au cimetière municipal de Rive de Gier coûte 26 euros à l’année quand elle est de 145 euros à Saint-Etienne ou de 126 à Ecully (Rhône).
La municipalité emmenée par Jean-Claude Charvin depuis 1995 se réjouit donc d’être la ville la moins chère, et de le rester malgré l’augmentation de certains tarifs municipaux.