Saccage du McDo de Saint-Priest-en-Jarez : levée de l’ensemble des garde-à-vue

photo DR

Les huit personnes interpellées ce mercredi matin, plus de deux mois après le saccage du McDonald’s de Saint-Priest-en-Jarez en marge d’une manifestation de « gilets jaunes », ont toutes été remises en liberté dans la soirée.

Deux de ces jeunes majeurs ont été mis hors de cause. Les six autres, qui ont reconnu leur participation aux faits commis dans la soirée du 30 mars, seront convoqués ultérieurement dans le cadre de l’enquête qui se poursuit et qui pourrait donner lieu à d’autres interpellations.

Interpellations dans la Loire et en Isère

Les huit personnes, dont deux femmes, interpellées à leur domicile mercredi matin, sept dans la Loire et une en Isère, sont inconnues de la justice. Elles n’appartiennent pas, semble-t-il, à l’ultra-gauche comme cela avait pu être évoqué après les faits, mais plus simplement au mouvement de contestation des « gilets jaunes » pour la plupart.

Le gérant du McDonald’s de Saint-Priest-en-Jarez a réagi mercredi, en se déclarant « très content » de ces interpellations. Il a précisé que l’opération commando qui avait duré environ deux minutes dans son établissement n’a « pas nécessité de prise en charge psychologique parmi les personnes présentes ». Ajoutant que « le préjudice matériel dépasse quant à lui 70.000 euros ».

Peu avant 21h30 samedi 30 mars, une dizaine d’individus cagoulés et gantés avaient fait irruption, brisant à coups de marteau des vitres, ainsi que des écrans de bornes de commandes et de caisses.

photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée