Saint-Bonnet-le-Courreau : la commune a trouvé son médecin généraliste

On parle souvent des déserts médicaux dans les départements ruraux comme la Loire. Voici un bel exemple de réussite : une petite commune des Monts du Forez, Saint-Bonnet-le-Courreau, a trouvé un remplaçant au médecin du village, parti en retraite en fin d’année 2018.

Un seul candidat unique

Il est attendu comme le messi : Joseph Maurin, 30 ans a fait l’intégralité de ses études de médecine dans la Loire et son internat à Saint-Etienne, Montbrison et Roanne. Après quelques remplacements dans l’Ain et la Haute-Savoie, il a décidé de s’installer : « devenir médecin de campagne a toujours été mon ambition. L’approche médicale est différente qu’en ville et la relation avec les patients aussi. » Le Docteur Maurin attache une importance à la proximité : « si je pouvais faire un patient par heure, je le ferai… l’aspect économique ne m’intéresse pas du tout. Ici, je vais pouvoir suivre des familles entières, c’est ce qui me plaît ». Cet ardéchois d’origine partagera ses locaux avec deux kinésithérapeute et un ostéopathe : « travailler avec d’autres confrères est un plus, évidemment. » Première consultation : le lundi 1er avril.

Une maison de santé pluri-disciplinaire en préparation

Le maintien des soins de proximité est l’un des gros défis des élus des petites communes comme Saint-Bonnet qui compte 750 habitants. Le maire Joël Epinat. « Entre Saint- Jean-Soleymieux et Noirétable, il n’y avait plus de médecin ! ». Quarante-huit heures après la publication de l’annonce, le Dr Maurin s’est manifesté : « il était le seul candidat, aucun autre appel… Les villages en montagne attirent moins que ceux de la plaine. » Le point fort de Saint-Bonnet est l’achat et la rénovation d’un bâtiment de 700 m2 situé en centre bourg pour un investissement de 400 000 euros : « une maison d’assistante maternelle ouvrira en septembre, il y a également six appartements, 120 m2 pour les deux kinés, au 1er étage l’ostéopathe et le Dr Maurin, il reste encore un peu de place. » L’ambition phare est d’ouvrir d’ici quelques mois une maison de santé pluri-disciplinaire grâce à un deuxième site à l’Essertines-en-Châtelneuf. Pour l’instant,les dossiers de subvention ont été envoyés et le travail avec l’ARS se poursuit.

Journaliste
Chroniqueuse