Saint-Etienne : 15% de la population gagne moins de 10.500 Euros par an

Image d'illustration / photo DR

L’Insee s’intéresse aux revenus et aux patrimoines des ménages au travers d’une étude qu’il vient de publier. L’institut de la statistique s’est penché sur  7 villes d’Auvergne-Rhône-Alpes, dont Saint-Etienne… Il apparait – presque sans surprise – que la capitale ligérienne ne concentre les revenus les plus élevés de la région.

Les ménages les plus aisés à Lyon et Annecy

C’est à Lyon et à Annecy que l’on trouve les ménages aux revenus les plus élevés. Les Lyonnais et les Annéciens, nous dit l’Insee, sont respectivement 16% et 15% à gagner plus de 37.200 Euros par an. Sur le plan national, c’est 10% de la population qui dépasse ce seuil.

Pour ce qui est de Saint-Etienne, c’est plutôt l’inverse qui est constaté. Entre 14 et 15% des habitants vivent avec moins de 10.500 Euros par an. 10% de la population française est dans ce cas précise l’institut de la statistique. La capitale ligérienne est avec Valence et Clermont-Ferrand la ville d’Auvergne-Rhône-Alpes où la population à très bas revenus est la plus importante. A Saint-Etienne, seuls 6% des habitants entrent dans la catégorie des hauts revenus.

La paupérisation des banlieues, une réalité à Saint-Etienne

Autre point peu flatteur qui ressort de cette étude de l’Insee. Ça concerne les banlieues. Les grandes villes sont souvent entourées de banlieues aisées, sauf à Valence et à Saint-Etienne où elles ont un profil plus modeste… Comparables à d’autres villes touchées par des difficultés industrielles comme Metz, Valencienne, ou enocore les métropoles de Lille et Rouen. Dans la banlieue stéphanoise, 6% de la population dispose d’un niveau de vie supérieur à 37.200 Euros par an.

Des résultats qui ne surprennent pas vraiment la secrétaire départementale du Secours Populaire dans la Loire, Dominique Roche

propos recueillis par Benjamin Monier

 

 

 

 

Image d'illustration / photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée