Saint-Etienne : la première opération transsexuelle réalisée au HPL

Photo illustration HPL

C’est une première dans le département de la Loire mais aussi en France pour un établissement privé : une chirurgie transsexuelle vient d’être réalisée à l’Hôpital Privé de la Loire.

Des patients souvent fragilisés

Le 8 octobre, un homme est devenu femme grâce à la vaginoplastie. La patiente, Alice, a même témoigné à visage découvert dans la Tribune le Progrès le week-end dernier. L’équipe médicale, quant à elle, souhaite faciliter la prise en charge de ses patients au parcours de vie particulier. Le docteur Victor Soulier, urologue : « ce qui est difficile en tant que chirurgien, c’est qu’habituellement on a affaire à des patients malades des reins, de la vessie, ou de la prostate. Là, vous avez un patient avec un organe génital qui va bien… On modifie l’anatomie pour qu’il aille encore mieux. » Ce type de chirurgie est longue : 4 à 6 heures en moyenne.

Des délais très longs avant l’opération

Ce qui est encore plus long, c’est évidemment le parcours d’accompagnement des personnes transsexuelles qui veulent absolument passer le cap de l’opération. Plusieurs années le plus souvent, le temps que le dossier soit accepté par un collège de médecins (psychiatre, endocrinologue, etc…) Huit ans ont été nécessaires pour Alice, opérée à Saint-Etienne. « L’idée n’est pas de rencontrer un patient le lundi et l’opérer le mardi », insiste Dr Soulier, « mais le problème c’est qu’il y a très peu de centres spécialisés et les délais s’allongent. » Ce type d’opération qui n’existait pas dans le privé tend à se développer. Le docteur Soulier pourrait opérer de nouveau en début d’année prochaine. Pour l’instant, seule la vaginoplastie est en place, mais la phalloplastie est à l’étude.

Photo illustration HPL

Journaliste
Chroniqueuse