Saint-Etienne : le pôle psychiatrique du CHU épinglé dans un rapport accablant

Capture d'écran / Google
MàJ – 14h33

Un état des lieux alarmant au CHU de Saint-Etienne… Le contrôleur général des lieux de privation de liberté, autorité indépendante, pointe du doigt des pratiques au pôle psychiatrique du CHU. C’est à la suite d’une visite de plusieurs jours, début janvier, que le contrôleur général a rédigé une série de recommandations en urgence relative. Un rapport publié ce jeudi au Journal Officiel et  qui dénonce de nombreuses « atteintes graves aux droits fondamentaux » des personnes accueillies pour des problèmes psychiatriques.

Un rapport accablant qui relève donc des dysfonctionnements et des conditions de prise en charge décrites comme inhumaine ou dégradante, dans certains cas,  « au sens de l’article 3 de la Convention européenne des droits de l’homme », peut-on lire.

Des patients attachés et dont certains attendaient depuis sept jours aux urgences

Lors de sa visite, le contrôleur général des lieux de privation de liberté a constaté que « treize patients attendaient allongés sur des brancards dans les couloirs même des urgences générales ». Sept patients étaient attachés au niveau des pieds et des mains.  « Ces sept personnes se trouvaient aux urgences depuis des durées allant de quinze heures à sept jours. Ils n’avaient pu ni se laver, ne si changer, ni avoir accès à leur téléphone portable ». Le ministère de la Santé a été alerté mais ne s’est pas encore exprimé.

Le CHU de Saint-Etienne a réagi

Dans un communiqué, la direction du CHU assure avoir « déjà mis en place des mesures pour répondre aux recommandations (…) La contention physique est utilisée uniquement sur prescription médicale, dans une visée de protection des patients dangereux pour eux-mêmes et/ou pour autrui », souligne l’établissement.

L’établissement a présenté à l’Agence Régionale de Santé un plan d’actions sur plusieurs axes. Rappel des bonnes pratiques de la contention, renforcement des formations des équipes médicales, audits internes, mais aussi une refonte de l’architecture des urgences en créant un espace dédié aux personnes psychologiquement fragiles. Le CHU veut également réduire les temps d’attente aux urgence. Malgré tout, Michael Galy, le directeur du CHU de Saint-Etienne comprend que les pratiques pointées du doigt dans ce rapport puissent choquer

Et le directeur du CHU d’annoncer par ailleurs la construction d’un nouveau bâtiment dédié à la psychiatrie sur le site de l’hôpîtal Nord d’ici à 2021

Capture d'écran / Google

Rédacteur en chef
Infos matinée