Saint-Etienne : les « gilets jaunes » se détournent de l’itinéraire convenu avec la préfecture

IMG_3445

Environ 700 « gilets jaunes » ont commencé à défiler dans le calme samedi en début d’après-midi dans les rues de Saint-Etienne avant que la tendance dure ne prenne le pas sur les modérés et que n’éclatent des échauffourées.

Le gros de la manifestation à Saint-Etienne n’a pas suivi l’itinéraire que le collectif de « gilets jaunes » du Gier avait convenu avec la préfecture pour éviter que des heurts et des dégradations se produisent.

« On a essayé d’éviter la confrontation prévisible avec les forces de l’ordre dans centre-ville. Quand nous avons vu que nous n’étions pas entendus, nous avons prévenu la préfecture que notre appel à manifester prenais fin », nous dit Marlène, membre du collectif créé jeudi pour faciliter les échanges avec les pouvoirs publics.

Tensions sur la place Jean-Jaurès

Les premiers tirs de grenades lacrymogènes et de lanceurs de balles de défense sont intervenus en milieu après-midi sur la principale place Jean-Jaurès, à la suite de jets de bouteilles et de boules de peintures sur les gendarmes mobiles qui protégeaient la préfecture. Deux manifestants blessés ont été pris en charge par les pompiers, dont au moins atteint par un tir de lanceur de balles de défense, selon la police.

Des incendies de poubelles ont ensuite été allumés sur la chaussée et la porte vitrée d’une du Crédit Mutuel a été démolie à l’aide d’une grille d’égout. Six interpellations ont eu lieu à Saint-Etienne samedi après-midi pour des jets de projectiles, violences et outrages sur les forces de l’ordre.

Avec les deux interpellations réalisées samedi matin à Saint-Chamond, en marge d’une action de « gilets jaunes » sur l’aire des Pays du Gier, huit personnes ont été placées en garde-à-vue samedi dans toute la Loire, en lien avec des actions menées par ce mouvement.

Défilé dans le calme à Roanne

Entre 400 et 500 manifestants ont de leur côté défilé plus calmement dans les rues de Roanne. Dans la sous-préfecture du Nord de la Loire, le principal incident signalé par la police est un arrachage de la plaque portant le nom de  la député LREM de la 5ème circonscription de la Loire, Nathalie Sarles, à l’entrée de sa permanence parlementaire. Cette dernière a annoncé son intention de déposer plainte.

 

Rédacteur en chef
Infos matinée