Saint-Etienne : trois ans de prison ferme contre les deux proxénètes chinois

La rue Etienne-Boisson à Saint-Etienne (Google Street View)

Les deux dirigeants chinois d’un réseau de prostitution qui sévissait sur la France entière ont été condamnés vendredi soir par le tribunal correctionnel de Saint-Etienne à quatre ans de prison, dont un an avec sursis.

La femme de 32 ans et son associé de 34 ans devront également acquitter une amende de 20.000 euros chacun. Parmi les dix Chinois reconnu coupables de proxénétisme aggravé pour leur implication, à des degrés divers dans cette organisation très structurée, trois ont été maintenus en détention. Le compagnon de la jeune patronne de ce réseau basé en région parisienne écope quant à lui de 18 mois ferme, tandis que son frère est condamné à 18 mois, dont six avec sursis.

Réseau mis à jour en 2017 depuis Saint-Etienne

Une peine de 18 mois de prison avec sursis a été prononcée contre chacune des six « standardistes » poursuivies, parmi la vingtaine qui s’occupait de la mise en relation des prostituées avec leurs clients. D’après les estimations des enquêteurs, une quarantaine de prostituées pour lesquelles des logements ont été loués, notamment via Airbnb, dans 146 villes françaises sur une an, générait plusieurs millions d’euros de revenus par an.

Ce réseau de proxénétisme a été mis au jour en 2017 à partir de Saint-Etienne par l’occupant d’un immeuble de la rue Etienne-Boisson qui s’est plaint auprès de la police de l’incessant va-et-vient chez une voisine chinoise, qui lorsqu’elle le croisait en bas du bâtiment lui demandait « toi client ? ».

La rue Etienne-Boisson à Saint-Etienne (Google Street View)

Rédacteur en chef
Infos matinée