Saint-Just-Saint-Rambert : la tentative d’enlèvement n’en était pas une !

Un gendarme de dos / Photo DR

L’affaire a suscité une vive émotion en début de semaine à Saint-Just-Saint-Rambert : une tentative d’enlèvement sur un élève de l’école primaire Saint-Nicolas. Des faits qui se seraient produits lundi, sur le temps de midi, alors que le garçon rentrait chez lui. Selon ses dires, l’enfant de 11 ans aurait été abordé par le conducteur d’une Audi noire, qui lui aurait proposé de monter dans sa voiture en échange d’argent.

Relayés en premier sur notre antenne, ces faits suffisamment graves (d’autant que d’autres tentatives avaient été signalées récemment) étaient rapidement diffusés par la presse locale et ont donné lieu à une enquête judiciaire ouverte par le Parquet de Saint-Etienne.

Le garçon avait tout inventé

La gendarmerie a mené ses investigations mais lors d’une seconde audition conduite par la brigade de prévention de la délinquance juvénile, il est apparu que « les faits dénoncés étaient une pure invention du jeune garçon ». C’est ce que fait savoir la gendarmerie ce jeudi soir dans un communiqué.

Ce qui a mis la puce à l’oreille des enquêteurs, c’est l’exploitation des images de vidéo-protection mises à leur disposition par la mairie. Pas l’ombre d’un prédateur n’apparait à l’endroit et à l’heure indiqués par l’enfant. Ce dernier a fini par reconnaître qu’il avait tout inventé. Il voulait apparemment faire parler de lui. La gendarmerie ne s’est pas privée de lui rappeler tous les moyens qu’elle avait mis en œuvre dans cette affaire… Un sermon, qui espérons-le, lui servira de leçon !

 

 

L’affaire de la 206 grise fait douter

Parallèlement à cette affaire, un autre signalement a été relayé. Celui de deux ou trois individus qui circulent à bord d’une 206 grise dans le secteur de Saint-Bonnet-le-Château et qui aborderaient des ados en leur proposant des bonbons. Là aussi, les gendarmes sont plutôt sceptiques sur les intentions réelles de ces individus. « On a plus à faire sans doute à des jeunes adultes qui s’amusent en cherchant à faire peur », nous dit-on.

Un gendarme de dos / Photo DR

Rédacteur en chef
Infos matinée