Sexion d’Assaut: l’interview intégrale de Lefa

SEXION-new.jpg

« On a fait une erreur, on s’en est excusé. On a entrepris plein d’actions pour réparer notre erreur. On a pris plein d’engagements depuis cette polémique qu’on a tous respecté. Il y a un concert contre la discrimination qui est organisé le 1er mars à l’Élysée-Montmartre à Paris. Après, maintenant ce qu’on veut, c’est faire avancer les choses. On a fait tout ce qui est en notre pouvoir pour montrer notre bonne foi aux gens (…) On a retiré aussi les CD dans lesquels il y avait des propos discriminatoires. Tous les concerts et morceaux qu’on défend sur scène ne contiennent aucun propos discriminatoire (…) Si la ville de Saint-Étienne décide d’annuler le concert de Sexion d’Assaut (NDLR: programmé le 1er juin dans le cadre du festival Paroles & Musiques au zénith), ça va plus créer une frustration et mettre des gens en colère qu’autre chose. »
Le boycott des associations stéphanoises ?
« On était venu pour rencontrer les associations, la municipalité: elles ne sont pas venues. (…) A partir du moment où le groupe fait la démarche de venir rencontrer les gens et s’explique, et à partir du moment, où les explications elles sont sincères, je pense qu’il faut arrêter de s’enfermer dans une « guéguerre » associations / Sexion d’Assaut… On a prouvé notre bonne foi. On a purgé notre peine. (…) On a parcouru toute la France, rencontré plein d’associations. A chaque fois, ça s’est très bien passé. (…) Apparemment, les associations de Saint-Étienne qui luttent contre l’homophobie refusent le débat. Qu’est ce que vous voulez ? On n’est pas là non plus pour supplier. On s’est excusé. On a entrepris des actions. Voilà. »
Les concerts annulés ?
« On n’en est plus là maintenant. On ne cherche plus à savoir si les concerts vont être annulés ou pas. Ce qu’on veut, c’est que les gens comprennent bien qu’on a reconnu notre erreur ; qu’on refuse d’être catalogué comme étant homophobe… On fait tout ce qui est en notre pouvoir pour arranger et faire avancer les choses. Il y a un moment où il faut dire: c’est bon. On a fait une erreur. On a payé. Ça suffit. »

Propos recueillis par Cyril Michaud