Trop de travail administratif, manque de confiance de la part du ministère : les directeurs des écoles de la Loire en détresse

Florent Jolis / Bertrand Boiron

Trop de travail administratif, salaire trop bas, ou encore manque de confiance de la part du ministère de l’éduction … Voilà quelques-uns des points abordés par les enseignants qui étaient réunis devant le rectorat de Lyon ce mercredi. Une action symbolique en soutient à  Christine Renon, une directrice qui s’est donné la mort il y a plusieurs semaines en Seine-Saint-Denis. Mercredi ce tenait un CHSCT, un « Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail » au ministère pour prévenir des suicides dans les écoles, après ce drame. Des comités qui servent à faire remonter les problèmes et trouver des solutions avant qu’il ne soit trop tard. Les précisions de Florent Jolis, enseignant sur Saint-Etienne, représentant du FSU et secrétaire du CHSCT dans la Loire :

« Le plus gros pôle actuellement concerne l’accueil des enfants en situation de handicap. Il y a un manque criant de moyen. On a pu voir cette année que la rentrée scolaire des AESH s’est très mal passée. »

83 signalements sur la Loire

Sur la Loire, 83 cas ont été traités par ce comité. Et souvent, le CHSCT arrive quand le problème est déjà bien installé :

Bertrand Boiron est enseignant et directeur d’une petite école rurale dans le roannais. Il nous raconte son quotidien :

« C’est des taches qui se rajoutent (…) Ces taches deviennent tellement envahissantes qu’on perd à la fois du sens dans la direction et à la fois dans notre classe donc on a l’impression de manquer de temps et d’être inefficace dans les deux domaines ». 

58 suicides en France

Toujours à ce sujet, le ministère de d’éducation a communiqué pour la toute première fois sur les chiffres relatifs aux suicides des agents de l’éducation nationale ce mercredi à l’issu du comité au ministère. Depuis le début de l’année scolaire 2019 / 2020, depuis septembre, on dénombre 11 suicides en France. Sur l’année dernière, ce sont 58 personnes qui ont mis fin à leur jour.

Florent Jolis / Bertrand Boiron

Journaliste
Infos après-midi