Un père de famille en grève de la faim à Saint-Etienne (actualisé)

grève-faim

Il était l’un de ceux qui s’était retranché fin septembre durant 72 heures en haut du chevalement du Puits Couriot de Saint-Etienne. William Bec, 48 ans, divorcé et père de deux enfants, a entamé jeudi une grève de la faim pour demander la révision de son droit de visite. Ce Stéphanois, à qui la garde alternée a été refusée, s’est installé sur les marches du palais de justice de Saint-Etienne. Quatre mois après l’action coup de poing menée à 40 mètres de hauteur, il a choisi la méthode douce… bien que tout aussi symbolique pour se faire entendre :

William Bec tiendra son « sitting » sur les marches du tribunal jusqu’à nouvel ordre, tous les jours du lundi au vendredi, de 11 h à 17 h, en ne s’autorisant que quelques gorgées d’eau et de café. Aujourd’hui, en France, la garde alternée n’est accordée que dans 15 % des cas de divorce.