« Une réforme comptable qui n’a pas été faite pour les Français »

DEP-new.jpg

Jusqu’au vendredi 23 juillet, la commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale, présidée par Pierre Méhaignerie, se réunit à huis clos, à l’occasion de l’examen du texte de projet de loi du gouvernement sur la réforme des retraites. Un texte qui prévoit notamment: une retraite relevée à 62 ans à partir de 2018 ou encore le passage de 65 à 67 ans pour une pension sans décote…
« Après 2018, on va être dans une situation très difficile »
Ce huis clos signifie que ni journaliste, ni caméra n’ont été conviés aux débats de la commission des affaires sociales cette semaine. Ainsi en a décidé Pierre Méhaignerie. En revanche, les députés ligériens, Régis Juanico (1ère circonscription) et Jean-Louis Gagnaire (2e circonscription) sont bien de la partie, en qualité de spectateurs (NDLR: chaque député peut suivre les débats des commissions de l’Assemblée nationale). Lundi, à la veille du coup d’envoi des « hostilités », ils n’ont d’ailleurs pas hésité à faire feu de tout bois, lors d’une conférence de presse, dénonçant « une réforme comptable qui n’a pas été faite pour les Français » ou encore « un système qui vise à donner des retombées financières tout de suite, sans se soucier du futur (…) Que va-t-il se passer après 2018 ? On va être dans une situation très difficile à cause de cette réforme inefficace qui n’aura plus d’effet ! »

Cyril Michaud