Une Stéphanoise se rend en Angola, où son frère a été assassiné

Clémence Nayme, la soeur de Benoît / Photo ACTIV

Clémence Nayme s’envole ce lundi de Paris en direction de l’Angola pour tenter de découvrir les circonstances de l’assassinat de son frère Benoit, voici près d’un an, alors qu’il travaillait comme ingénieur dans une entreprise française du secteur parapétrolier.

En compagnie d’André Buffard, l’avocat de cette famille stéphanoise qui a perdu son fils de 26 ans, la jeune femme se rendra à Luanda pour y recueillir des informations avec l’aide de leur avocat angolais, de l’ambassade de France et des autorités judiciaires du pays.

A la recherche de la vérité

Ils vont tenter de faire apparaitre la part de vérité qui leur est cachée concernant ce qui avait été présenté au départ comme « un cambriolage qui a mal tourné ». Et qui en réalité pourrait provenir d’une tentative corruption à laquelle Benoit Nayme se serait opposé.

En France, l’avocat stéphanois a déposé une plainte contre X pour assassinat avec constitution de partie civile pour qu’un magistrat instructeur soit désigné par le parquet de Paris. Car un an après les faits, les policiers de l’Office central de répression des violences aux personnes (OCRVP), basé à Nanterre, travaillent encore dans le cadre juridique d’une enquête en flagrance. Et ils n’ont toujours pas été autorisés à se rendre en Angola par les autorités de ce pays, qui n’a par ailleurs pas répondu à la demande d’entraide pénale internationale de la France.

Un sentiment d’abandon

Clémence attend plus de soutien de la part des autorités françaises. « La procureure de Paris n’a jamais daigné nous recevoir dans son bureau pour nous dire où en était l’enquête », dit-elle au micro d’ACTIV

La famille a dû insister pour que le parquet de Paris ordonne une véritable autopsie du corps, qui a eu lieu le mois dernier à Saint-Etienne, après l’exhumation du corps. Et elle attend toujours une réponse au courrier adressée il y a plusieurs mois au Président de la République.

Clémence Nayme, la soeur de Benoît / Photo ACTIV

Rédacteur en chef
Infos matinée